Gagner la bataille de l’intelligence artificielle

Source : Gagner la bataille de l’intelligence artificielle

Personne ne peut contester que la France doit évidemment (s’)investir dans l’IA, non seulement pour ne pas se laisser distancer dans la bataille mondiale, mais aussi, on l’espère, pour que justement elle soit un gain pour le collectif, c’est-à-dire pour tous les citoyens, et pas seulement pour les entreprises qui la mettront en œuvre.

Cela pose 2 questions complémentaires de celles évoquées dans l’article :

  • Tous les personnels dont les postes seront remplacés par des robots, physiques ou virtuels, ne seront pas repositionnés sur des postes à plus forte valeur ajoutée, c’est pure hypocrisie de le laisser croire. Dès lors, que fait-on des autres ? comment ne pas continuer de creuser les inégalités qui s’aggravent de plus en plus dans les pays « dits » développés ? quelles missions confier à ces travailleurs évincés de leurs entreprises, non seulement pour qu’ils continuent d’avoir des moyens de subsistance matérielle, mais aussi une dignité, un rôle valorisant dans la société ? Il est donc urgentissime de réfléchir aux métiers que l’on crée en parallèle de ceux qui vont disparaître, pour ne laisser personne au bord du chemin, ni créer des « sous-travailleurs ».
  • Quel partage de la valeur et des gains de productivité offerts par l’IA ? Ces dernières décennies, les gains de productivité ont été prioritairement affectés aux actionnaires, parfois aux consommateurs (quand la bataille concurrentielle fait rage), mais peu aux travailleurs, pas aux chômeurs, et peu ou mal à la formation.

Les deux questions sont évidemment liées : il faut procéder à une réallocation du travail et des richesses, afin que l’IA soit un réel progrès (social et pas seulement technologique) pour nos sociétés, et qu’elle nous conduise vers un monde plus agréable pour tous, où l’humain garde non seulement une activité rémunératrice, mais aussi son libre arbitre et la compréhension du monde qui l’entoure, des règles qui le régissent. Voilà un beau projet économique et politique pour la France et pour l’Europe, qui n’en doutons pas serait de nature à enthousiasmer nombre de citoyens !

Il ne suffit donc pas de pousser les entrepreneurs de tous poils à se lancer dans l’IA, il faut les inciter, voire les obliger, à « embarquer » tout le monde dès lors qu’ils mettent leurs solutions en œuvre. Sinon, ils se contenteront de remplacer la main d’œuvre par des robots et d’encaisser les bénéfices, laissant à une puissance publique qui ne cesse de s’amenuiser, se coupant souvent les ailes elle-même, la charge de s’occuper de celles et ceux qui seront restés sur le bord du chemin, comme cela a été fait depuis la fin des « Trente Glorieuses ».

Si les Français se montrent critiques et pessimistes sur la mise en œuvre de l’IA, c’est justement parce que la question n’est pas traitée dans sa globalité, et personne n’en est dupe. C’est tout à notre honneur. Que les entrepreneurs et les gouvernants saisissent la question par le bon bout de la lorgnette, et les opinions, c’est certain, changeront !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *