Comment Pôle emploi contrôle actuellement les chômeurs

Suite à la proposition très polémique faite la semaine dernière par Pierre Gattaz, le président du Medef, d’un « contrôle journalier ou hebdomadaire » sur les demandeurs d’emploi – qualifiée notamment de « totalement ridicule » par François Hommeril, président de la CFE-CGC –, voilà un article qui nous détaille les dispositifs de contrôle actuellement en vigueur chez Pôle Emploi.

Source : Comment Pôle emploi contrôle les chômeurs

SFR et Bouygues ne pourront plus jouer avec la TVA réduite de la presse

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances, les députés ont adopté un amendement interdisant aux opérateurs télécoms d’appliquer la TVA réduite de la presse à autre chose qu’à la vente de presse en ligne. Ils entendent ainsi mettre fin aux pratiques de SFR et Bouygues Telecom.

Source : SFR et Bouygues ne pourront plus jouer avec la TVA réduite de la presse

Comment la publicité ciblée peut être utilisée pour espionner les particuliers

Une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Washington montre qu’il est très simple d’utiliser les services publicitaires pour suivre les déplacements d’une personne à son insu.

Source : Comment la publicité ciblée peut être utilisée pour espionner des particuliers

Débat : Google est‑il l’ami de la production et de la circulation des idées ?

Source : maschinengeschrieben, CC BY-SA

Tandis que le PDG de Google France annonce d’importants recrutements, le géant de l’Internet poursuit une tournée auprès de 100 villes de France sous le signe de la formation au numérique. Or, les résultats de travaux de plus en plus nombreux à se pencher sur le pouvoir exercé par les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) sur nos sociétés vont à l’encontre de la perception très positive dont témoignent bon nombre d’utilisateurs à l’égard de Google (universitaires y compris).

Source : Débat : Google est‑il l’ami de la production et de la circulation des idées ?

Alors que, sur le même support, un universitaire se demande s’il ne faudrait pas considérer Google comme un service public, la réflexion de Julien Falgas apparaît beaucoup plus lucide et éclairée.

Bien sûr que Google rend des services à un grand nombre d’utilisateurs chaque jour dans le monde. Mais contrairement à ce que l’on pense, ils ne sont pas gratuits, bien loin de là. Si nous ne les payons pas en monnaie sonnante et trébuchante à chaque utilisation, ils nous coûtent en réalité deux fois, de deux manières différentes.

D’une part, chaque fois que nous achetons les produits ou services qui font de la publicité via Google, que nous les acquérions ou non via une annonce Google, nous payons avec le produit une partie du prix de la publicité faite par l’annonceur dans Google.

D’autre part, c’est le sujet de l’article de Julien Falgas, et c’est nettement plus préoccupant, nous payons chaque utilisation de notre liberté de penser, façonnée par l’ordre et la manière dont Google nous présente ses résultats de recherche.

On peut évidemment en dire autant de beaucoup de médias vivant de la publicité, sur Internet ou à la TV, qui cherchent à nous manipuler, et y parviennent beaucoup plus souvent qu’on ne le croit, et en outre polluent toutes nos consultations & visionnages d’incitations à consommer, souvent très éloignées de nos intentions lorsque nous voulons lire un article sur le net ou voir une émission de TV.

Si le débat est aujourd’hui également pollué, c’est parce que la doxa actuelle vise, de plus en plus, à rentabiliser ou externaliser les services publics, et rend les frontières floues. Cela tend à déplacer le débat sur gratuit / payant, alors qu’il faudrait s’interroger sur intérêt collectif / intérêts privés.

Personnellement, j’ai la chance d’avoir les moyens de payer des impôts, et je préfère contribuer par ces impôts au financement de services publics utiles à toutes et tous, qui seraient de facto gratuits pour les moins riches d’entre nous si l’impôt était réellement progressif et redistributif – ce qui certes est de moins en moins vrai par les temps qui courent.

Quant à ceux qui tirent profit financier de leurs activités, même si elles semblent gratuites pour (à) une grande partie des utilisateurs, qu’ils paient des impôts sur chaque territoire où ils exercent leur activité, à hauteur du profit qu’ils en retirent. Cela permettra de financer plus largement des services d’intérêt collectif dans le respect de notre souveraineté nationale et de la démocratie. Car, même si nous ne sommes pas toujours satisfaits, loin s’en faut, des mesures prises par ceux que nous élisons, ce sont eux qui décident quoi faire de l’argent public : des écoles, des routes, des hôpitaux… et des informations ou des services gratuits accessibles à tous sur Internet.

Et pour en finir avec Google, à tous les sens du terme, rappelons qu’il existe Qwant, un moteur de recherche gratuit, européen, qui respecte la vie privée de ses utilisateurs, et non pollué par la publicité. Ah, cela ne ressemblerait-il pas à un vrai service public ?

Bientôt des salariés dans tous les conseils d’administration ?

Commentant la volonté d’Emmanuel Macron de « revisiter cette belle invention gaulliste de l’intéressement et de la participation », le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a estimé cela pourrait aboutir à une présence accrue des salariés dans les conseils d’administration des entreprises.

Si on veut réaffirmer la place des salariés dans l’entreprise, il faut changer la gouvernance.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est montré plus réservé sur cette idée.

Tout ce qui permettra de mieux associer les salariés aux résultats et à la définition de la stratégie de l’entreprise va dans le bon sens. (…) Est-ce que ça veut dire « pouvoir de décision » ou pas, il faut en discuter. Est-ce que ça doit amener à plus de place dans les conseils d’administration, ce n’est pas la seule solution.

Rappelons qu’actuellement, la présence d’un ou deux représentants des salariés est obligatoire dans les conseils d’administration ou de surveillance des entreprises qui ont leur siège social en France et qui y emploient au moins 1000 salariés.

Sources :
Intéressement, participation: l’exécutif veut aller plus loin et faire entrer les salariés dans les conseils d’administration
Des salariés dans les conseils d’administration? Le Maire se montre réservé

Capitalisme des plateformes : le grand bond en arrière

Nous avions laissé passer cet article et la vidéo associée qui mettent en lumière l’analyse très intéressante d’Aurélien Acquier, professeur à l’ESCP, à propos du système des plateformes de l’économie collaborative. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, les voilà.

Curieux monde que celui d’Uber, dans lequel les travailleurs sont des capitalistes, souvent sans pouvoir, exploités par des manageurs virtuels (les algorithmes) d’une entreprise souvent qualifiée de « sans actifs » !

Source : Retour vers le futur : quand le capitalisme de plate-forme nous renvoie au « domestic system » préindustriel

Quand le smartphone et les réseaux sociaux nous rendent malades

Si le smartphone fait partie de notre quotidien et nous rend de nombreux services, de récentes recherches montrent qu’il présente des risques dont ses utilisateurs doivent se méfier. Les personnes, adolescents comme adultes, qui l’utilisent très fréquemment, notamment pour la consultation de leurs réseaux sociaux, seraient susceptibles de devenir « addict », anxieuses et déprimées. Pour en savoir plus, voici un article de deux professeurs de l’université d’Aix-Marseille, qui s’appuie sur une autre de leurs publications, plus conséquente, dans la Revue française des sciences de l’information et de la communication.

Source : Mobile-déprime et e-anxiété, quand les réseaux sociaux nous rendent malades

Révolution du travail : renouveau ou enterrement du dialogue social ?

La 5ème édition des Rencontres du Dialogue Social, qui s’est déroulée à Suresnes la semaine dernière, avait pour thème « En marche vers une révolution du travail ? Renouveau ou enterrement du dialogue social ? ». Une trentaine d’intervenants de tous horizons, dont Carole Couvert, présidente d’honneur de la CFE-CGC, sont venus y débattre de la capacité du dialogue social à répondre aux problématiques actuelles : télétravail, seuils sociaux, référendums d’entreprise, hiérarchie des normes…

En voici un compte rendu. Vous pouvez également accéder à la vidéo intégrale (7 heures) de cette manifestation.

Source : La révolution du travail en marche aux 5e Rencontres du Dialogue social

Vers un bonus-malus sur les cotisations patronales d’assurance-chômage ?

Le gouvernement plancherait actuellement sur l’instauration d’un taux de cotisation variable des entreprises à l’assurance chômage, indexé sur leur fréquence de recours aux contrats courts. Cette idée de « bonus-malus », promesse de campagne d’Emmanuel Macron, pourrait entrer dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage.

Source : L’idée d’un bonus-malus sur les cotisations patronales d’assurance-chômage resurgit

Le trouble des conseillers de Pôle Emploi face aux futures réformes du gouvernement

Alors que les syndicats sont reçus à Matignon ce mardi pour discuter de la réforme de l’assurance-chômage, allons observer sur le terrain le quotidien d’agents de Pôle Emploi, à Arpajon dans l’Essonne.

Source : A Arpajon, le trouble des conseillers de Pôle emploi face aux réformes du gouvernement

Qui est Marie Ekeland, la future présidente du CNNum ?

Figure de la French Tech, cofondatrice de l’association France Digitale et du fonds d’investissement Daphni, Marie Ekeland dirigera bientôt le Conseil national du numérique, où elle siégeait depuis février 2016.  C’est ce qu’a récemment confirmé le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi, lui-même éphémère président d’une institution restée sans tête depuis sa démission il y a 9 mois.

Source : Qui est Marie Ekeland, la future présidente du CNNum ?

Les travailleurs Français, ces analphabètes de la data

En France, seuls 12% des travailleurs sont datalphabétisés (contre 17% pour la moyenne européenne), et comprennent précisément l’usage qu’ils font des données auxquelles ils ont accès. 51% reconnaissent d’ailleurs prendre leurs décisions « au feeling » plutôt qu’en fonction de renseignements riches et précis. Telle est l’une des conclusions de l’étude paneuropéenne menée par l’éditeur Qlik en partenariat avec Censuswide, qui montre également que les quelques 5000 personnes interrogées n’aspirent qu’à une chose : être formées pour pouvoir progresser.

Source : Les Français sont des analphabètes de la data

Wi-Fi : une faille sérieuse remet en question la sécurité des communications

Des chercheurs en sécurité ont débusqué une fragilité dans le protocole WPA2, qui sert à sécuriser les échanges en Wi-Fi, par exemple entre une box et un ordinateur. Cette faille est susceptible de remettre en cause la confidentialité et l’intégrité des communications. Quelle est sa portée ? Comment s’en prémunir ? Est-elle déjà exploitée par des pirates ? Voici quelques réponses.

Source : Krack : 5 questions sur la faille critique qui menace la sécurité du Wi-Fi

Taxation des GAFA : Washington rejette la proposition française

En visite aux Etats-Unis, Bruno Le Maire a vu sa proposition de taxer le chiffre d’affaires des géants du numérique critiquée par le secrétaire du Trésor américain, Steven Mnuchin, qui l’a qualifiée de « pas logique », estimant qu’elle n’allait « pas dans la bonne direction ».

Un groupe de travail bilatéral avec la France sur ce sujet a toutefois été mis en place. A suivre…

Source : Taxation des GAFA : Washington rejette la proposition française

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...