Ericsson : plus de 25.000 postes menacés ?

Ericsson avait dit en juillet vouloir qu’il visait un objectif de réduction des coûts d’au moins 1,05 milliard d’euros par an d’ici la mi-2018. Les économies toucheraient principalement les prestations de services et les coûts généraux, selon le journal suédois Svenska Dagbladet.

Source : Ericsson : plus de 25.000 postes menacés ?

Travail: syndicats et patronat attendent les premiers arbitrages

La concertation entre dans sa dernière ligne droite: les partenaires sociaux découvriront à partir de mardi les premiers arbitrages du gouvernement sur la réforme du code du travail, premier grand chantier social du quinquennat Macron qui doit entrer en vigueur fin septembre.

Source : Travail: syndicats et patronat attendent les premiers arbitrages sur Orange Actualités

Pédaler plus pour gagner moins : les livreurs Deliveroo protestent contre leur précarité

Après Bordeaux et Lyon, les livreurs à vélo de la startup de livraison de repas Deliveroo manifestent à Paris vendredi 11 août. En cause : la modification de leur mode de rémunération, qui sera désormais un paiement à la course pour tous.

Source : Pédaler plus pour gagner moins : les livreurs Deliveroo protestent contre leur précarité

Le modèle social des plateformes est de plus en plus mis en question… à juste titre !

Quels Etats peuvent encore rivaliser avec les géants du Net ?

L’économie numérique a fait émerger des géants qui combinent l’expertise technique, la puissance financière, la maîtrise de la transformation technologique de nos sociétés ainsi que le quasi-monopole de l’accès au patrimoine informationnel planétaire, dès lors qu’il est numérisé. Rassemblés sous l’acronyme Gafam (Google-Alphabet, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft…), leur capitalisation boursière cumulée tutoie désormais les 3.000 milliards de dollars. Soit nettement plus que le PIB français [2.228,9 milliards d’euros en 2016, selon les dernières estimations de l’Insee, NDLR].

Lire la suite : Quels Etats peuvent encore rivaliser avec les géants du Net ?

Drahi à nouveau au coeur des rumeurs sur le marché américain

Source : Drahi à nouveau au coeur des rumeurs sur le marché américain

Altice et sa filiale américaine, Altice USA, plancheraient sur une offre de rachat, croit savoir CNBC.
Altice va-t-il poursuivre ses emplettes aux Etats-Unis ? Patrick Drahi s’intéresserait à Charter Communications, croit savoir la chaîne d’informations économiques CNBC, citant des sources proches du dossier. Aucune proposition n’aurait encore été formulée, mais Altice et sa filiale américaine, Altice USA, plancheraient sur une offre de rachat.

Alerte attentat : quelles solutions pour remplacer SAIP, l’appli défectueuse du gouvernement ?

L’application SAIP, conçue par la société Deveryware pour prévenir la population en cas d’attentat, a été sévèrement critiquée pour son inefficacité dans un rapport du Sénat. Quelles autres solutions pourrait-on mettre en place ?

Source : Alerte attentat : quelles solutions pour remplacer SAIP, l’appli défectueuse du gouvernement ?

Un sujet qui pose clairement la question de l’usage pertinent des outils numériques en matière de sécurité civile.

Fiscalité des géants du Net : Bruno Le Maire menace l’UE de légiférer en France

Le ministre de l’Economie estime qu’une « juste imposition » des géants du Net, c’est-à-dire un impôt dans les pays où ils réalisent leurs profits, doit être actée « dans des délais raisonnables » par l’Union européenne. Il menace d’en « tirer les conséquences dans la législation nationale » si ce n’était pas le cas.

Source : Fiscalité des géants du Net : Bruno Le Maire menace l’UE de légiférer en France

On ne peut en l’occurrence que lui donner raison, et espérer que les délais « raisonnables » seront à brève échéance. Il n’est plus supportable que les multinationales de la Net économie échappent à l’impôt payé par les acteurs nationaux :

  • C’est une vraie distorsion de concurrence au détriment de nos entreprises nationales et européennes, dont la Commission, si attachée au concept de concurrence « loyale », doit impérativement se préoccuper. Ne rien faire, c’est affaiblir les entreprises européennes et mettre en danger notre souveraineté numérique.
  • Pour la plupart, elles exploitent, extorquant peu ou prou le consentement des utilisateurs, d’énormes masses de données personnelles, pendant que la Commission européenne dit travailler à la protection des données. Nouvelle contradiction !
  • En Europe, et tout particulièrement en France, ces acteurs bénéficient pleinement d’infrastructures de qualité et de tarifs de télécommunications particulièrement bas, pour développer confortablement leur business auprès d’un grand public très bien équipé, en échappant aux investissements et aux impôts payés par les opérateurs de télécommunications qui les produisent.
  • Enfin, la contribution de ces acteurs à l’emploi, en quantité et en qualité, et donc à la couverture sociale de nos concitoyens, est également loin d’être à la hauteur des profits générés sur notre territoire. Soit parce que les emplois ne sont pas localisés sur notre territoire, soit parce qu’il s’agit de plateformes qui emploient des « indépendants », rétribués au lance-pierres et pour lesquels ils ne versent aucune cotisation sociale.

Il est donc plus que temps de rééquilibrer les balances.

La bonne santé des SSII en France

Profitant d’un retour de balancier après des années d’outsourcing, les services informatiques hexagonaux retrouvent des couleurs.
Pendant que les géants indiens des services informatiques sont contraints de tailler dans leurs effectifs, leurs alter ego en France se portent… plutôt bien. Selon le Syntec numérique, le secteur a enregistré une croissance de 2,9 % en 2016 et devrait bondir à nouveau de 3 % cette année.

Source : La bonne santé des SSII en France

Multipropriétaires, hébergeurs à l’année : les gagnants du système Airbnb

« Le Monde » a analysé un tiers des annonces françaises publiées sur Airbnb, dans le cadre d’une enquête menée avec d’autres rédactions européennes.

Source : Multipropriétaires, hébergeurs à l’année : les gagnants du système Airbnb

Une étude qui confirme ce que dénonce Philippe Askenazy sur la constitution de nouveaux monopoles, et l’enrichissement prioritaire de ceux qui possèdent déjà au travers de l’économie des plateformes, tandis que les autres sont cantonnés à des « petits boulots » mal rémunérés.

Bien loin des belles utopies qui servent parfois encore de « faux nez » à ceux qui mettent ces plateformes en œuvre.

Google échappe à un redressement fiscal de plus de 1 milliard d’euros

Le tribunal administratif s’est exprimé en faveur du géant du web américain. Google échapperait ainsi à un redressement fiscal de 1,115 milliard d’euros qu’entendait lui imposer l’administration. Mais Bercy envisage déjà de faire appel à cette décision, dans les deux mois à venir.

Source : Google échappe à un redressement fiscal de plus de 1 milliard d’euros

Une affaire à suivre : la juste contribution fiscale de tous les acteurs qui tirent profit de l’économie numérique en France est une priorité de plus en plus cruciale, si nous ne voulons pas être entièrement siphonnés par des acteurs « hors sol ». Car non seulement ils profitent de nos infrastructures sans les financer, mais ils thésaurisent aussi des moyens financiers leur permettant d’investir massivement pour continuer d’étendre leur suprématie, au détriment d’entreprises françaises et européennes qui n’ont pas les moyens de lutter à armes égales pour assurer leur pérennité… et notre souveraineté numérique.

Entreprise: être fidèle à sa boîte, ça paie!

Près d’un tiers des salariés français n’a connu qu’un seul employeur, ou presque. Des « héros discrets » que tout le monde ignore. A tort.

Source : Entreprise: être fidèle à sa boîte, ça paie! – L’Express L’Expansion

A noter entre autres :

D’après l’Insee, 45 % de la population salariée a plus de dix ans d’ancienneté, dont 48 % des cadres d’entreprise. Un diagnostic affiné par le Centre d’études de l’emploi, dans une note publiée en 2010. « Parmi les actifs ayant quitté le système de formation initiale depuis au moins 5 ans, la part des situations ?stables? a sensiblement progressé, passant de 26,1 % en 1982 à 32,2 % en 2007 », observent les chercheurs. Une hausse qu’ils invitent néanmoins à relativiser, dans la mesure où elle « renvoie surtout au vieillissement de la population active ». Quant aux envies de départ, elles restent très contenues : selon l’Insee, le taux de démission dépassait de peu les 5% en 2014. Ce goût persistant pour la stabilité se lit aussi dans les bilans sociaux. Chez Renault, 43% des troupes ont plus de vingt ans d’ancienneté, dont 37% des cadres. A la Société générale, un quart des effectifs est dans ce cas, quand Orange en compte… 61%.

Télécoms: le régulateur veut « secouer le cocotier » sur le marché des entreprises

L’Arcep, le gendarme des télécoms, a publié ce mardi les conclusions de son analyse de marché de la fibre. Déterminé à en finir avec le monopole d’Orange dans les télécoms d’entreprise, l’institution a décidé de lui imposer plusieurs mesures pour épauler la concurrence. Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, les explique à La Tribune.

Source : Télécoms: le régulateur veut « secouer le cocotier » sur le marché des entreprises

No comment : les conclusions de l’Arcep deviennent de plus en plus prévisibles…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...