Objets connectés au travail : pour le meilleur ou pour le pire ?

Les objets connectés connaissent un succès croissant en France comme dans le reste du monde. Tous les secteurs sont concernés, et les entreprises s’adaptent aussi à cette révolution numérique. Si l’objectif affiché est l’amélioration de la qualité de vie au travail, il ne fait pas oublier les dérives potentielles autour d’une surveillance accrue des salariés.

Source : Objets connectés au travail : révolution ou surveillance ?

Quand les mutations sociales font évoluer l’espace de travail

Travail à distance et plus flexible, recours accru aux freelances, développement de la collaboration et de la co-création : autant d’évolutions prévisibles pour les années à venir, qui devraient s’accompagner, entre autres, d’une transformation de l’espace de travail, comme le montre l’étude mondiale récemment dévoilée par Fujitsu.

Source : L’évolution de l’espace de travail enclenchée par les mutations sociales

Faut-il obliger les entreprises à recruter ?

Lors d’une conférence organisée par la Fédération des acteurs de la solidarité, le Conseil économique, social et environnemental a organisé le (faux) procès du chômage de longue durée. Retour sur les arguments des témoins.

Sources :
Quand le CESE organise le (faux) procès du chômage de longue durée
Quand l’emploi s’éloigne, c’est le futur qui rétrécit

Les Chief Freelance Officers sont-ils les DRH de demain ?

Aujourd’hui, les entreprises externalisent un nombre croissant de tâches en s’appuyant sur le travail de freelances. Comment collaborent-elles avec ces travailleurs ? Comment adaptent-elles leur organisation et leur management en conséquence ? Cet article fait le point.

Source : Mutation du travail : les Chief Freelance Officers sont-ils les DRH de demain ?

Les compétences des représentants du personnel bientôt certifiées

Le ministère du Travail vient de publier au Journal officiel deux arrêtés instituant la certification des compétences liées à l’exercice d’un mandat syndical ou de représentant du personnel.

Toutes les personnes justifiant de l’exercice d’un mandat au cours des cinq années précédant une session d’examen pourront postuler à cette certification. Les premières sessions débuteront début juillet dans les Pays de la Loire, région pilote, avant un déploiement sur toute la France au dernier trimestre 2018.

Source : Les compétences des représentants du personnel bientôt certifiées

L’impact des fragilités des salariés sur les entreprises

Entraves financières, contraintes en tant qu’aidant, maladie grave, perte de sens, difficulté à concilier vie professionnelle et vie personnelle… Les fragilités des salariés, qu’elles soient d’origine personnelle ou professionnelle, impactent l’activité des entreprises : 56 % des salariés déclarent en connaître actuellement au moins une, tandis que 91 % des dirigeants d’entreprise estiment employer au moins un salarié dans une telle situation, selon l’étude du groupe de protection sociale Malakoff Médéric.

Source : Le COMPTOIR mm de la nouvelle entreprise de Malakoff Médéric présente les résultats de son étude sur les situations de fragilité des salariés

Comment est contrôlée la rémunération des grands patrons ?

Comme l’a encore montré la récente polémique autour de l’indemnité de départ de l’ancien P-DG de Carrefour Georges Plassat, les salaires et bonus des dirigeants des grandes entreprises ne cessent d’augmenter, et ce malgré la tentative d’autorégulation mise en place par le code AFEP-Medef.

Source : Comment est contrôlée la rémunération des grands patrons ?

Caméras au travail : quand le salarié accepte ce qui ulcère le citoyen

Les projets d’installation de caméras sur la voie publique donnent généralement lieu à des débats enflammés autour de la protection des libertés individuelles de l’individu-citoyen. En revanche, leur utilisation au sein de l’entreprise semble mieux acceptée par l’individu-salarié. C’est sans doute parce que ce dernier n’a, le plus souvent, pas vraiment le choix, et… qu’il fait plus confiance à son entreprise qu’à l’Etat, estime, dans cette tribune, Caroline Diard, professeure à l’Ecole de Management de Normandie.

Source : Caméras au travail : une question de confiance

Le dialogue social, parent pauvre de la RSE

La récente étude de Vigeo Eiris, agence d’analyse des entreprises sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, passe en revue les engagements et les dispositifs mis en place par 2400 entreprises cotées de 63 pays, pour assurer l’effectivité du dialogue social. Le bilan n’est pas brillant, même si nombre d’entreprises françaises figurent au tableau d’honneur (24 dans les 50 premières, dont Orange, 27ème et seul acteur du secteur des télécoms).

Source : Le dialogue social, parent pauvre de la responsabilité sociale des entreprises

FdJ, ADP, Engie : l’Etat lance son programme de privatisations

Le gouvernement souhaite qu’une partie de ses participations dans la Française des Jeux, les Aéroports de Paris et Engie soit vendue pour lui permettre de financer des mesures d’innovation et de recentrer son portefeuille sur les seuls actifs considérés comme essentiels. La future loi Pacte, qui permettra cette opération, sera présentée lundi prochain en Conseil des ministres.

Orange est donc épargné, et nous nous en réjouissons.

Sources :
Française des jeux, ADP et Engie : l’Etat lance son programme de privatisations
Privatisations : de quoi l’Etat est-il (encore) propriétaire ?

Tech for Good : Emmanuel Macron a reçu les géants du numérique

Après Versailles en début d’année, c’est à l’Elysée et à Matignon qu’Emmanuel Macron avait convié hier une soixantaine d’acteurs de la high-tech mondiale pour les convaincre de s’engager en faveur des « biens communs » (éducation, emploi, santé…) sur le sol français, dans le cadre de l’opération « Tech for Good ». De nombreuses annonces y ont été faites, à l’instar de l’engagement d’IBM de créer 1800 emplois en France… où il a enchaîné trois plans sociaux entre 2013 et 2016, supprimant ainsi plus de 1600 postes.

Au-delà des susceptibilités des acteurs français non invités à cet évènement, il est difficile de ne pas adhérer au discours de ceux qui reprochent au Président français de servir la soupe aux géants américains du Net, via une belle opération de communication. Ces derniers ne sont, d’habitude, pas si pressés de servir le bien commun, mais plutôt leurs propres intérêts, s’enrichissant dans notre pays sans véritable contribution, ni à la création d’emplois ni à la création d’une quelconque richesse pour l’Etat, comme en témoigne leur ingéniosité pour pratiquer l’évasion fiscale.

Source : Sommet Tech for Good : les annonces des grands patrons reçus par Emmanuel Macron

RH : Des chabots pourquoi faire ?

Au contraire des directions marketing, les directions des ressources humaines ne comprennent visiblement pas trop à quoi des chatbots pourraient bien leur servir, selon l’Observatoire des Chatbots dévoilé par l’éditeur Do You Dream Up.

Source : Les chatbots vus par la fonction Ressources Humaines

Les entreprises peuvent-elles se contenter de faire du profit ?

Alors que la loi PACTE, présentée début juin au Conseil des Ministres, devrait définir le rôle des entreprises dans la société, on peut se demander si les entreprises ne servent qu’à dégager du profit – comme il le semble, à la lecture du récent rapport d’Oxfam – ou si elles peuvent être un levier au service du bien commun. Blanche Segrestin, professeure à Mines Paris Tech, Emery Jacquillat, PDG de la Camif, Alain Bloch, professeur au CNAM et directeur de HEC Entrepreneurs, et Carole Peychaud, consultante en droit de l’environnement et RSE, débattent de cette question.

CAC 40 : des profits sans partage

En France, et plus largement en Europe, le capitalisme évolue depuis des années vers un modèle qui donne la priorité aux actionnaires, presque toujours gagnants par rapport aux salariés. Le rapport sur la redistribution des profits des entreprises du CAC 40, publié conjointement par l’ONG Oxfam et le Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne, met en lumière cette situation qui « nourrit une véritable spirale des inégalités ».

Orange n’échappe évidemment pas à cette tendance et, en dépit de résultats salués comme excellents, n’a consenti qu’à une seule augmentation en 2018, celle des dividendes ! Les efforts fournis par les personnels sont de moins en moins reconnus, au point que les syndicats ont unanimement refusé de signer l’accord salarial 2018, qui maintient à peine le pouvoir d’achat. C’est également unanimement qu’ils demandent aujourd’hui une réouverture des négociations !

Source : Profits du CAC 40 : la priorité aux actionnaires de plus en plus contestée