T-Systems (Deutsche Telekom) veut supprimer 10 000 emplois

T-Systems, la filiale informatique de Deutsche Telekom, dont les résultats pèsent sur le groupe depuis des années, emploie 37 000 salariés à travers le monde. Le nouveau président de son directoire s’est donné deux ans pour redresser l’entreprise, en économisant 600 millions d’euros par an jusqu’en 2021.

Source : Deutsche Telekom veut supprimer 10 000 emplois

L’Australien Telstra va supprimer 1/4 de ses effectifs

Dans nos contrées ou aux antipodes, les maux sont souvent similaires, et le « remède » vite trouvé… Anticipant une baisse de son chiffre d’affaires sur l’exercice en cours, le géant australien des télécoms Telstra a annoncé qu’il allait supprimer 8000 postes d’ici à 2022, dans le cadre d’un plan global de réduction des coûts. Telstra emploie aujourd’hui 32 000 personnes dans 20 pays, dont la France.

Source : Le géant australien des télécoms Telstra supprime 8000 postes

Nouvelle épreuve de force entre la direction et les syndicats chez SFR

En 2016, les syndicats de SFR avaient signé un « New Deal » avec leur direction, qui s’était engagée, après un plan de départs volontaires qui lui permettait de supprimer 5000 postes, à maintenir les effectifs à 10 000 salariés jusqu’en juin 2019. Mais les démissions se sont ensuite poursuivies… sans remplacement des partants, de sorte que SFR ne compte désormais plus que 9 400 salariés. Anticipant un possible bouleversement du marché, les représentants du personnel souhaitent que leur direction s’engage à maintenir les effectifs actuels jusqu’à fin 2021.

Source : Chez SFR, nouvelle épreuve de force entre la direction et les syndicats

Intelligence artificielle : quel impact réel sur nos économies ?

Une courte mais enrichissante interview, dans laquelle l’économiste Thierry Philipponnat, Directeur du think tank Institut Friedland, remet un point sur le I d’IA, battant en brèche le double fantasme d’une intelligence artificielle qui engendrerait une croissance économique extraordinaire et/ou une disparition totale du travail.

1968-2018 : ce qui a changé dans le monde du travail

A l’occasion du cinquantenaire de mai 68, Les Décodeurs du Monde ont réalisé une série d’articles sur les évolutions de la société française. Après l’étude des mœurs et schémas familiaux et celle des conditions de vie, voici un zoom, chiffres à l’appui, sur les transformations des conditions économiques et sociales.

Pour sa part, La Tribune identifie 7 grandes mutations du monde du travail, analysées en profondeur.

Enfin, Le Figaro s’interroge sur l’héritage des « Accords de Grenelle », 50 ans leur ratification par le gouvernement Pompidou et les syndicats.

Télécoms : comment l’emploi a été sacrifié sur l’autel de la dérégulation

Les partisans de la réforme du transport ferroviaire nous vantent les vertus d’une ouverture du marché à la concurrence, remède miracle qui permettrait, tout à la fois, de faire baisser les prix, d’améliorer la qualité du service proposé aux voyageurs, et de booster l’emploi et la croissance du secteur.

Les journalistes du magazine Basta ! ont souhaité faire le bilan de deux décennies françaises de dérégulation, en visualisant ses effets sur les tarifs, sur l’emploi, ou encore sur les investissements. Ils ont logiquement commencé par le secteur des télécoms, souvent pris comme exemple d’une ouverture à la concurrence réussie :

  • pour les baisses tarifaires, c’est un grand oui  !
  • pour les investissements, ça va également.
  • pour le développement de l’emploi, en revanche, avec près de 45 000 postes supprimés en un peu moins de 20 ans, on repassera…

Source : Dans les télécoms, l’emploi et les conditions de travail sacrifiés sur l’autel de la libéralisation

Hello Jobs : Orange entend séduire ses futurs employés

Alors que la concurrence fait rage sur le marché de l’emploi du numérique, l’opérateur historique a lancé aujourd’hui une opération séduction, matérialisée par un vaste forum de recrutement organisé simultanément dans onze villes françaises. L’occasion pour Orange de faire découvrir ses métiers en exhibant ses plus belles innovations.

Si Sébastien Crozier, Président de la CFE-CGC Orange, salue cette initiative, il pointe du doigt une absence de schéma directeur en matière d’emploi dans le Groupe, ainsi qu’un certain Paris-centrisme.

Ces métiers ne sont pas le gros des emplois proposés. (…) C’est très bien de proposer des emplois. C’est positif. Mais au bout de quelques années, on va offrir quoi à ces nouvelles recrues comme évolution de carrière ? Elles quitteront l’entreprise à défaut de perspectives. Les métiers qui recrutent sont essentiellement des services adhérents : boutique, intervention clients, service réseau pour déployer la fibre… Pour aller plus loin, il faut rejoindre Paris. Les régions ont aussi droit à des emplois plus qualifiés.

Source : Orange offre 2500 postes en CDI

Assignation en justice, chute en Bourse : un mauvais début de semaine pour Free

Les syndicats de Mobipel, centre d’appels appartenant à Iliad, la société mère de Free, ont saisi la justice pour faire suspendre le projet de cession de leur entreprise, engagé, selon eux, « pour des considérations illicites ». De fait, la précarité de l’emploi dans ce centre d’appels avait été pointée du doigt par l’émission Cash investigation en septembre dernier.

Les salariés sont aujourd’hui sanctionnés pour leurs prises de position et l’impact médiatique suscité par les décisions illicites de l’entreprise, impact médiatique avec lequel Free ne veut/peut plus composer.

Par ailleurs, en ce milieu de journée, l’action d’Iliad, la maison-mère de Free, décroche de plus de 17% à la Bourse de Paris, pénalisée par l’annonce d’une baisse de sa base d’abonnés sur le fixe au premier trimestre.

Sources :
Cession d’un centre d’appels de Free : les syndicats saisissent la justice
Iliad décroche de plus de 14%, plombé par ses pertes d’abonnés sur le fixe

En pleine tourmente, BT taille à la hache dans ses effectifs

L’opérateur historique des télécoms britanniques a annoncé qu’il allait de séparer de 13 000 collaborateurs, soit environ 10% de ses effectifs. En grande difficulté, il affirme que cette énorme restructuration constitue un impératif pour réaliser des économies et lui permettre de financer son investissement dans les réseaux à très haut débit. L’opérateur entend se recentrer sur son cœur de métier, renonçant ainsi à sa coûteuse stratégie d’investissements dans les droits sportifs… Un retour en arrière qui n’est pas sans rappeler celui de SFR, qui s’était inspiré de la stratégie de BT pour justifier ses investissements dans les contenus.

Source : En pleine tourmente, BT taille à la hache dans ses effectifs

Projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » : présenté, brocardé

En fin de semaine dernière, la ministre du travail, Muriel Pénicaud, a présenté au conseil des ministres son projet de loi visant à transforme en profondeur l’assurance-chômage, la formation professionnelle et l’apprentissage. Non content de mécontenter les partenaires sociaux et de soulever nombre de questions de la part des acteurs de terrain, ce projet s’est attiré les foudres du Conseil d’Etat, qui pointe des difficultés, en particulier sur le volet consacré à l’assurance-chômage, et invite le gouvernement à revoir sa copie.

Sources :
Ce que contient la loi Formation, apprentissage, assurance chômage présentée ce 27 avril
Formation, apprentissage : le projet de loi Pénicaud 2 soulève encore beaucoup de questions
Réforme de l’assurance chômage : le gouvernement doit retoucher sa copie

Comment maintenir dans l’emploi les personnes malades ou en situation de handicap ?

Organisées la semaine dernière, les Assises du maintien dans l’emploi ont permis d’évoquer des pistes pour éviter la désinsertion professionnelle des salariés porteurs d’une affection ou d’un handicap.

Sources :
Comment maintenir dans l’emploi les personnes malades ou handicapées ?
Malade et menacé de licenciement, « c’est la double peine »

Le procès (« pour de rire ») du salariat

Dans le cadre de la « Freelance Fair », le magazine Usbek & Rika a organisé la semaine dernière une session de son Tribunal pour les Générations Futures, pour faire le procès du salariat 😉 Voici un résumé des principaux arguments des procureurs et des avocats de la défense.

Source : 6 raisons pour abolir (ou pas) le salariat

Parité au travail : des mesures attendues, mais aussi des mentalités à changer

Les résultats d’une étude réalisée par Viavoice pour France 2 et RTL mettent en avant de fortes attentes, au sein de l’opinion publique, pour réduire, ou mieux supprimer, les inégalités entre les femmes et les hommes dans le cadre professionnel. Mais au-delà des mesures à mettre en place dans les entreprises, ils révèlent aussi des efforts importants à faire sur le plan des représentations et des mentalités. De fait si les inégalités dont sont victimes les femmes dans le monde du travail ne sont plus mises en doute (75 % des interviewés en sont conscients, mais 60 % seulement chez les hommes), les a priori sur des métiers « plus adaptés aux hommes ou aux femmes » sont toujours vivaces (pour 60% des Français), de même que les préférences de genre en matière de management ou de collègues de travail.

Source : Hommes et femmes au travail, vers l’égalité ?

Handicap : la France va simplifier sa politique d’aide à l’emploi

En France, le taux de chômage des personnes en situation de handicap atteint 19 %, soit près du double du taux global ! Parmi les facteurs expliquant cette situation, les contraintes administratives imposées aux entreprises comme aux demandeurs d’emploi constituent des obstacles majeurs. Pour tenter de les lever, le gouvernement a lancé, il y a quelques semaines, une concertation avec les syndicats de salariés et d’employeurs, ainsi qu’avec le Conseil national consultatif des personnes handicapées.

Sources :
Handicap : la France va simplifier  sa politique d’aide à l’emploi
Emploi et handicap : pour des entreprises plus inclusives

Chez Orange et à La Poste, les salariés de droit privé sont désormais majoritaires

Alors que le statut des cheminots est remis en question, cet article nous rappelle notamment que depuis l’an dernier, Orange compte plus de salariés de droit privé que de fonctionnaires, et analyse brièvement les difficultés liées à la cohabitation des deux régimes dans l’entreprise.

Source : A La Poste et chez Orange, les salariés de droit privé sont désormais majoritaires