Genre et santé au travail : les femmes face aux inégalités

Le think tank européen Pour La Solidarité s’est penché sur les effets du genre sur les conditions de travail, s’intéressant notamment à l’impact du manque de prise en compte des spécificités des femmes sur leur santé et leur sécurité au travail.

Source : Genre et santé au travail : les femmes face aux inégalités

L’ascenseur social, en panne en France et dans le monde

Selon l’étude mondiale publiée la semaine dernière par l’organisation de coopération et de développement économique (OCDE), il faudrait en moyenne cinq générations – et même six en France – pour que les enfants de familles modestes parviennent à se hisser au niveau du revenu moyen. Et l’organisation internationale de mettre en évidence l’énorme impact économique de cette très faible mobilité intergénérationnelle.

Source : Ascenseur social en France : l’OCDE sonne l’alarme

Le dialogue social, parent pauvre de la RSE

La récente étude de Vigeo Eiris, agence d’analyse des entreprises sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, passe en revue les engagements et les dispositifs mis en place par 2400 entreprises cotées de 63 pays, pour assurer l’effectivité du dialogue social. Le bilan n’est pas brillant, même si nombre d’entreprises françaises figurent au tableau d’honneur (24 dans les 50 premières, dont Orange, 27ème et seul acteur du secteur des télécoms).

Source : Le dialogue social, parent pauvre de la responsabilité sociale des entreprises

Qualité de service d’Internet : l’Arcep planche sur des outils de mesure

Présentant en début de semaine la deuxième édition du rapport de l’Arcep sur l’état d’Internet en France, Sébastien Soriano, son Président, a notamment fait part de sa préoccupation quant à la qualité de service, soulignant le manque de fiabilité des outils existants. Pour pallier cela, il a évoqué la solution d’une API dédiée à la collecte des données, que l’Autorité aimerait pouvoir implémenter dans les différents modèles de box proposés par les opérateurs.

Source : Qualité de service Internet : l’Arcep veut y voir plus clair

Quelles solutions pour un numérique plus inclusif ?

Rappelant que la fracture numérique est toujours largement ouverte, 40% des Français sont inquiets à l’idée de réaliser leurs démarches administratives en ligne, alors même que le gouvernement souhaite en accélérer le processus de dématérialisation.

Afin d’avancer sur ce terrain, le secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi, vient de se faire remettre un rapport, co-écrit par divers rapporteurs, qui livre notamment une série de recommandations pour un numérique plus inclusif.

Sources : Stratégie nationale pour un numérique inclusif

Face aux GAFAM, les Français sont inquiets pour leurs données

Au moment où le Règlement général sur la protection des données va entrer en vigueur, le récent sondage de BVA nous montre que les Français sont très peu rassurés concernant la sécurité de leurs données personnelles. Assez logiquement, ils s’inquiètent en particulier de l’utilisation que peuvent en faire les grandes entreprises du numérique.

Source : Observatoire de la vie quotidienne des Français : les Français et les données personnelles

RH : Des chabots pourquoi faire ?

Au contraire des directions marketing, les directions des ressources humaines ne comprennent visiblement pas trop à quoi des chatbots pourraient bien leur servir, selon l’Observatoire des Chatbots dévoilé par l’éditeur Do You Dream Up.

Source : Les chatbots vus par la fonction Ressources Humaines

Pour être heureux au boulot, il faut mettre moins de 40 minutes dans son trajet domicile-travail

Source : Pour être heureux au boulot, il faut mettre moins de 40 minutes dans son trajet domicile-travail

Dans un monde qui semble basculer dans le tout virtuel, cette série d’études de l’Ifop (à retrouver ici) nous rappelle fort justement que les réalités physiques ont la vie dure !

Moralité : bien choisir le lieu d’implantation de ses bureaux et tout organiser pour réduire les temps de transport des salariés bénéficie collectivement aux salariés et à l’entreprise. Si on ajoute que cela a également une incidence sur la pollution et l’empreinte carbone, on comprend que c’est une stratégie gagnante pour toute la population, et qu’il convient de s’en occuper sérieusement, dans les entreprises comme pour l’aménagement du territoire. Le télétravail ne résoudra pas tous les problèmes, quoiqu’on en puisse rêver.

CAC 40 : des profits sans partage

En France, et plus largement en Europe, le capitalisme évolue depuis des années vers un modèle qui donne la priorité aux actionnaires, presque toujours gagnants par rapport aux salariés. Le rapport sur la redistribution des profits des entreprises du CAC 40, publié conjointement par l’ONG Oxfam et le Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne, met en lumière cette situation qui « nourrit une véritable spirale des inégalités ».

Orange n’échappe évidemment pas à cette tendance et, en dépit de résultats salués comme excellents, n’a consenti qu’à une seule augmentation en 2018, celle des dividendes ! Les efforts fournis par les personnels sont de moins en moins reconnus, au point que les syndicats ont unanimement refusé de signer l’accord salarial 2018, qui maintient à peine le pouvoir d’achat. C’est également unanimement qu’ils demandent aujourd’hui une réouverture des négociations !

Source : Profits du CAC 40 : la priorité aux actionnaires de plus en plus contestée

A quoi servent les entreprises ?

En janvier dernier, l’Institut de l’Entreprise présentait une enquête menée par Elabe et intitulée « A quoi servent les entreprises ? ».

Les entreprises sont perçues par les Français comme ayant un très fort impact sur leurs parties prenantes et, au-delà, sur les quartiers, villes et régions dans lesquelles elles sont implantées ainsi que sur les citoyens dans leur ensemble. Les Français expriment également de fortes attentes vis-à-vis des entreprises sur des domaines essentiels de leur vie – comme la création d’emploi, l’amélioration des conditions de travail, l’insertion des jeunes et l’employabilité.

Cette intensité nouvelle des attentes envers les entreprises révèle qu’aux yeux des Français, la responsabilité de l’entreprise s’étend bien au-delà des dimensions strictement économiques et financières. Les résultats de l’étude dessinent explicitement les contours de l’entreprise telle que l’espèrent les Français : soucieuse des problématiques sociales, sociétales et environnementale, combinant les avantages de la grande entreprise et de la PME, développant l’employabilité  des collaborateurs et l’emploi des jeunes, instaurant un partage des profits qu’ils percevraient comme plus équitable, accordant une place plus importante pour les salariés dans les instances de gouvernance.

De nombreuses entreprises jouent déjà un rôle de premier plan sur ces différents  sujets. Mais l’image de l’entreprise dans son ensemble reste structurellement grevée par le fossé entre les Français les plus favorisés – qui ont une image de l’entreprise plutôt positive – et les Français les moins favorisés qui ont une perception plus négative, teintée de méfiance voire de colère. L’étude dessine donc en creux un questionnement sur l’utilité sociale de l’entreprise et le besoin de renforcer la connaissance des actions d’intérêt général menées par les entreprises.

Source : A quoi servent les entreprises ?

Le volet numérique du rapport Borloo sur les banlieues

L’ancien ministre Jean-Louis Borloo vient de remettre au gouvernement un rapport sur les banlieues. Ce dernier comporte plusieurs dispositions concernant le numérique. Il préconise notamment la création de 200 campus dans l’Hexagone, pour favoriser la formation, l’accès à l’emploi, ou encore le lien avec les services publics. Une proposition intéressante, pour tenter de résorber une fracture vécue comme une violence par les exclus du numérique.

Source : Rapport Borloo sur les banlieues : ce qu’il contient pour le numérique

1 entreprise (de plus de 10 salariés) sur 3 n’a pas de représentant du personnel

Malgré l’obligation légale, 33% des établissements de plus de 10 salariés (et 54% des établissements de 11 à 19 salariés) ne sont couverts par aucune instance représentative du personnel. C’est ce que nous révèle la récente étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares). Dans 50% des cas, cette carence est expliquée par l’absence de candidatures lors des dernières élections professionnelles, et dans 25% des cas, par « l’absence de demande » des salariés.

Dans la plupart des situations, le représentant de la direction renvoie ainsi au manque d’intérêt ou d’implication des salariés l’absence de représentant du personnel.

Source : Un tiers des entreprises n’ont pas de représentant du personnel

La publicité menace la santé d’Internet

Dans son premier rapport sur la santé de l’Internet, Mozilla, éditeur du moteur de recherche Firefox, exprime ses inquiétudes quant à l’avenir d’Internet, dénonçant les dérives d’une économie basée sur la publicité et l’exploitation des données personnelles, ainsi que la domination de géants qui échappent à toute régulation.

Source : L’économie de la publicité est cassée et rend Internet malade

De plus en plus sollicitée, la CNIL revendique plus de moyens

Fêtant cette année ses 40 ans, la Commission nationale de l’informatique et des libertés vient de publier son bilan d’activité 2017. Confrontée à une forte inflation du nombre de plaintes reçues durant les dernières années (+8,5% en 2017 par rapport à 2016, +44% depuis 2014) et fortement sollicitée dans le cadre de la mise en place du Règlement Général sur la Protection des Données, l’institution, par la voix de sa Présidente Isabelle Falque-Pierrotin, se plaint de moyens insuffisants.

Source : Face à des missions étendues, la CNIL revendique plus de moyens

Les Français et le télétravail : entre attentes et craintes

Alors que les blocages de transports ferroviaires qui paralysent les déplacements en France ont notamment conduit la ministre du Travail à se transformer en VRP du télétravail, une étude, réalisée par Harris Interactive pour l’observatoire Enedis, témoigne des opinions des Français sur cette pratique.

S’ils y sont globalement favorables, c’est de façon raisonnée (51% opteraient pour le temps partiel contre 14% seulement pour le temps complet). Et les avantages qu’ils associent au télétravail (meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, réduction de la pollution, responsabilisation des salariés) sont largement compensés par les risques qu’ils entrevoient (frontière moins claire entre vie professionnelle et vie privée, sentiment  de solitude, difficulté pour le travail collectif).

Source : Cinq chiffres clés sur les attentes des Français en matière de télétravail