Arcep : vers un nouvel encadrement des tarifs du dégroupage ?

Pour inciter les opérateurs alternatifs à accélérer leur transition technologique vers la fibre, le régulateur se propose de réformer les tarifs d’accès à la boucle locale sur la période 2018-2020, avec d’abord une baisse (9,31€ mensuels par ligne en 2018 contre 9,45€ actuellement), puis une augmentation progressive (9,41€ en 2019 et 9,51€ en 2020). Par ailleurs, afin d’accompagner la migration des abonnements vers le très haut débit, l’Autorité propose également d’abaisser de 15€ à 5€ le tarif des frais de résiliation du dégroupage total.

L’Arcep vient de lancer une consultation publique portant sur ce projet, ouverte jusqu’au 6 novembre. A suivre…

Source : Baisses et hausse en vue pour l’accès à l’ADSL

Quatre orientations pour l’aménagement numérique du territoire

Le gouvernement a publié la semaine dernière les grandes orientations de sa stratégie d’aménagement numérique des territoires. Ces dernières s’appuient sur quatre grands axes : garantir à l’ensemble des foyers un accès au « bon haut débit » dès 2020, accélérer la dynamique du plan France Très Haut Débit, généraliser une couverture 4G rapide et de qualité pour tous les Français, simplifier les déploiement via une adaptation de la réglementation et mieux informer les utilisateurs.

Source : Très haut débit : 4 orientations pour remettre la France sur les rails

Stéphane Richard : « Les télécoms doivent devenir multiservices »

La santé de l’opérateur historique, le déploiement du très haut débit et l’initiative solitaire de SFR, l’évolution des marchés français et européen des télécoms, ou encore son avenir à la tête d’Orange : Stéphane Richard fait le point, interviewé par Les Echos.

Stéphane Richard : « Les télécoms doivent devenir multiservices »

Très Haut Débit : l’UFC Que choisir dénonce un objectif « illusoire »

Alors que le gouvernement Macron poursuit toujours l’objectif d’une généralisation du Très Haut Débit en France d’ici à 2022, mais ne paraît visiblement pas prêt à investir pour cela, l’UFC-Que Choisir rend publique une étude dans laquelle elle affirme que l’objectif du plan France Très Haut Débit est complètement « illusoire », et que le rythme de déploiement actuel des réseaux ne permettrait de l’atteindre qu’en 2035, soit… avec 13 ans de retard.

Source : Transition vers le très haut débit L’inadmissible amplificateur de la fracture numérique !

Très Haut Débit : l’AVICCA fermement opposée au projet de SFR

Après la réaction sceptique du secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi au projet de SFR de fibrer seul l’ensemble du territoire, l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (AVICCA) réagit plus vivement en s’opposant catégoriquement à cette initiative. Dans le cadre des 43 propositions qu’elle a adressées au gouvernement pour l’aider à préparer sa feuille de route en matière de Très Haut Débit, elle estime que « se fier aux seules annonces d’acteurs privés compromettrait gravement l’atteinte des objectifs fixés », et entend signifier aux opérateurs « qu’ils franchiraient une ligne rouge en dupliquant des réseaux FttH et en déstabilisation des projets et RIP FttH ».

De son côté, SFR ne se laisse pas impressionner par ces retours peu favorables, affirmant même que « les déploiements sont en cours ».

Source : Plan THD : l’AVICCA est fermement opposée à SFR et son projet de fibrer la France seul

Fibre d’entreprise : Orange signe un accord avec Kosc

Apparu il y a moins de deux ans sur le marché des télécoms d’entreprise, Kosc vient de conclure un accord avec Orange, qui lui permettra d’avoir accès aux infrastructures de l’opérateur historique et de pouvoir commercialiser, à compter du 1er janvier prochain, de nouvelles offres de fibre à destination des professionnels.

Voilà un accord qui semble concrétiser la pression du régulateur, soucieux de voir émerger un 3ème acteur sur le marché des télécoms d’entreprise pour concurrencer le duopole Orange-SFR.

Source : Télécoms pour les entreprises : Kosc signe un accord avec Orange

Très haut débit : Stéphane Richard tacle SFR

En marge de la présentation des résultats d’Orange, le P-DG de l’opérateur historique est revenu sur la volonté de SFR de fibrer seul l’ensemble du territoire français, estimant qu’elle n’avait « pas de sens ».

Source : Très haut débit : le PDG d’Orange tacle SFR

Très haut débit : l’Etat pas fan de la stratégie de SFR

Chargé de mettre en place la feuille de route du gouvernement en matière de (très) haut débit, Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, ne cache pas son scepticisme face à la volonté de SFR de fibrer seul tout le territoire français.

(…) lorsque l’on veut avancer plus vite, le big bang, renverser la table n’est pas forcément la meilleure des solutions. (…) Il faut toujours avoir un souci d’efficacité maximale, se demander comment faire mieux. Donc il ne s’agit pas de proposer des réseaux en doublon de ceux des collectivités.

Source : Julien Denormandie : « D’ici 2020, on ne doit plus avoir de fracture numérique, plus d’inégalités dans l’accès à Internet »

Bouygues Telecom envisagerait également de fibrer seul le territoire français

En réponse à la récente annonce de SFR, Bouygues Telecom serait en train de réfléchir avec des partenaires industriels, afin de pouvoir accélérer, également de manière indépendante, l’aménagement en fibre du territoire.

Source : Exclu : Bouygues Telecom envisagerait également de fibrer seul la France

Télécoms : en marche vers le grand marchandage

Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont pris bonne note de la volonté d’Emmanuel Macron d’offrir un Internet fixe à « très bon débit » à tous les Français à l’horizon 2020. Mais contre une accélération de leurs investissements, les opérateurs demandent évidemment des contreparties.

Source : Télécoms : en marche vers le grand marchandage

SFR expose son plan pour « fibrer » la France tout seul

Il y a une semaine, le groupe de Patrice Drahi affirmait être capable de couvrir l’ensemble des foyers français en très haut débit d’ici à 2025, seul et en se passant de toute subvention publique. Il vient de détailler sa stratégie, fustigeant au passage le plan France Très Haut Débit.

Source : SFR : « le plan Très Haut Débit est obsolète, laissez-nous faire le job »

(Très) haut débit : 2020, simple point d’étape ?

Difficile d’y voir clair suite aux propos du chef de l’Etat affirmant sa volonté de couvrir la France en « haut débit et très haut débit » avant fin 2020. Mais il semblerait bien que cette échéance ne soit qu’un point d’étape et non une date-butoir, l’exécutif conservant son objectif de fournir un Internet à très haut débit pour tous à l’horizon 2022.

Source : Très haut débit : le gouvernement fixe un point d’étape en 2020

(Très) haut débit : la France couverte dès 2020 ?

Lors de la Conférence nationale des territoires, Emmanuel Macron a fait de nombreuses annonces aux élus locaux. Il leur a notamment affirmé sa volonté de boucler le plan France Très Haut Débit avec deux ans d’avance, soit en 2020 !

Mais le voilà qui parle désormais d’accès « haut débit et très haut débit », envisageant que l’ADSL, l’Internet mobile ou le satellite viennent se substituer au très haut débit dans certaines zones. Dans ces conditions, l’objectif fixé par le chef de l’Etat devient nettement moins ambitieux et… plus atteignable, la France étant déjà presque intégralement couverte en haut débit.

Au passage, le Président en a profité pour envoyer une petite pique aux opérateurs :

Les déploiements ne sont pas assez rapides, les opérateurs, aujourd’hui, rechignent encore dans les endroits qui sont les moins rentables. Nous devons donc, d’ici à la fin de l’année, prendre des mesures nouvelles d’incitation et de contrainte à l’égard des opérateurs de téléphonie.

Source : Macron veut boucler le plan France Très Haut Débit avec deux ans d’avance

Fibre : l’annonce de SFR est-elle réaliste ?

Consultant expert en réseaux, Benoît Felten (Diffraction Analysis) analyse la proposition faite par SFR de déployer de la fibre sur l’ensemble du territoire français sur ses fonds propres. Pour lui (et pour beaucoup d’autres), une telle opération est irréaliste.

Un modèle de FTTH national sans financements publics (…) n’est pas réalisable par SFR/Altice en l’état : non seulement l’investissement serait colossal pour un opérateur télécom seul, mais les retours sur investissement seraient inacceptables par les investisseurs de SFR/Altice.

Source : L’annonce de SFR/Altice de fibrer toute la France à fonds propres est-elle réaliste ?

Fibre : SFR se propose d’investir seul dans un réseau couvrant la France entière !

Dans une lettre envoyée au Premier Ministre, le groupe de Patrice Drahi remet complètement en cause le plan France Très Haut Débit. Il affirme être prêt à se passer de toute subvention publique pour investir 16 millions d’euros sur 8 ans dans le déploiement de la fibre, avec l’objectif de couvrir l’ensemble des foyers français d’ici à 2025.

Si SFR veut aujourd’hui renverser la table, c’est qu’il est en retard par rapport à ses concurrents : Orange et ses 1,2 million de clients fibre, Free et ses 370 000 clients et même Bouygues Telecom qui en possède 128 000.

Source : Fibre : SFR propose d’investir seul dans un réseau couvrant la France entière

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...