Quand le numérique accroit les risques psychosociaux dans les banques

Une enquête, réalisée par des universitaires pour le syndicat SNB/CFE-CGC, concernant les risques psychosociaux dans le secteur bancaire, révèle que 37% des employés estiment aujourd’hui la sécurité de leur emploi menacée (contre 23% seulement en 2011). Parallèlement, un nombre croissant de sondés doutent de leurs compétences pour faire face aux enjeux de demain. Une perte de confiance à mettre en parallèle avec les réorganisations annoncées par la majorité des grandes banques, sous l’effet de la « digitalisation » des services bancaires, tandis que s’accroit la concurrence des banques en ligne.

Source : Dans la banque, la crainte pour son emploi explose avec le digital

Quels types d’organisation du travail à l’horizon 2030 ?

France Stratégie, Commissariat général à la stratégie et à la prospective rattaché au Premier Ministre, vient de publier un très intéressant document de travail prospectif, qui s’intéresse à l’évolution futures des quatre grands modèles d’organisation du travail qui existent aujourd’hui.

Les organisations du travail sont un élément prédictif majeur pour imaginer le travail de demain. Elles ont contribué à modeler le monde d’aujourd’hui, et leur évolution sera porteuse de profonds changements à la fois pour les travailleurs, pour l’économie et pour la société dans son ensemble. Si les organisations dites apprenantes et hautement participatives offrent de bonnes perspectives aux salariés (stabilité de l’emploi, accès à la formation continue, conditions de travail satisfaisantes, etc.), d’autres modèles pourraient leur être moins favorables. Comment ces organisations du travail évolueront-elles d’ici 2030 ? Ces mutations seront-elles sources d’amélioration en termes de qualité du travail, de pratiques managériales et de mobilité ? En se fondant sur leurs caractéristiques actuelles et sur les grandes tendances – économiques, technologiques, démographiques et sociétales – qui façonneront  les  quinze  prochaines  années,  ce document propose  quatre  évolutions  possibles des modes d’organisation du travail : un boom des organisations apprenantes, l’essor de la plateforme apprenante virtuelle, le recours à un super-intérim et l’apparition d’un taylorisme new age. À chaque fois, il esquisse les conséquences sur la vie au travail comme sur la capacité des entreprises à bien figurer dans la compétition mondiale. Ces scénarios ne constituent pas des prédictions mais visent à nourrir la réflexion sur l’avenir du travail : si certains peuvent apparaître inquiétants, d’autres sont davantage porteurs d’espoir.

Source : Imaginer l’avenir du travail – Quatre types d’organisation du travail à l’horizon 2030

Un serious game autour des risques psychosociaux

L’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) vient de lancer le premier jeu de sa gamme « Travail & Réalités ». Il s’adresse aux acteurs de la prévention des risques (RH, membre de CHSCT, préventeurs, employeurs, …) qui éprouvent des difficultés pour intégrer les risques psychosociaux (RPS) dans le document unique de leur entreprise. Avec ce jeu de plateau associant plusieurs supports (vidéos, cartes, livret de l’animateur, etc.), l’Anact mise sur la ludopédagogie pour favoriser la participation du plus grand nombre et faciliter l’appropriation du sujet, en permettant d’analyser des situations réelles et d’élaborer des actions de prévention.

Source : Le jeu « Les RPS dans le document unique »

La performance, une norme qui ne vous veut pas que du bien

Vous êtes-vous déjà demandé ce que pourrait être l’exploit d’un Alekseï Stakhanov à notre époque ? Répondre à 192 000 emails (des vrais, pas l’envoi en masse d’une invitation) en 8h, ce qui ferait 400 mails à la minute ? Développer 76 applications from scratch lors d’un hackathon ? Accomplir 315 tâches sur l’Amazon Mechanical Turk en 24h et gagner 37,5$ ? Passer 3 jours et 3 nuits d’affilée à décortiquer des listings et des tableaux financiers pour finaliser une opération de fusion-acquisition pour une banque internationale ?

Une rafraîchissante tribune d’Aurialie Jublin, co-pilote du projet Digiwork à la Fing, et l’une des intervenantes de notre Université d’été 2015, synthétisée dans notre ouvrage « Enjeux de la numérisation de nos vies ».

Source : La performance, une norme qui ne vous veut pas que du bien

Le burn-out sera-t-il un jour reconnu comme maladie professionnelle ?

La proposition est en tout cas sur la table, à l’initiative d’un groupe de députés qui a planché sur le syndrome d’« épuisement professionnel », rendant un rapport, qui montre le burn-out comme une réalité en manque de reconnaissance.

Source : Le burn-out sera-t-il reconnu comme maladie professionnelle ?

Une impossible déconnexion ?

Alors que le droit à la déconnexion a été consacré par la Loi Travail, voilà un débat à propos de ce difficile chantier. Avec Cindy Felio, psychologue du travail, chercheuse pour le Laboratoire Missioneo et universitaire, auteure d’une thèse sur les risques psychosociaux liés aux nouvelles technologies, Marie Le Douaran, journaliste expérimentant sa propre déconnexion et Sylvie et Pierre Massot, propriétaires d’une maison d’hôtes proposant des cures de « déconnexion temporaire ».

« Le droit à la déconnexion au travail ne va pas assez loin »

Incitatif, mais non contraignant, et basé sur la seule négociation en entreprises, le « droit à la déconnexion » tel qu’il est inscrit dans la Loi travail ne convient pas à Jean-Claude Delgenes, directeur général du cabinet Technologia, spécialisé dans l’évaluation et de la prévention des risques liés à l’activité professionnelle.

droit_deconnexion

Source : « Le droit à la déconnexion au travail ne va pas assez loin »

Loi Travail : zoom sur le droit à la déconnexion

Sujet sensible, le droit à la déconnexion renvoie aussi bien à problématique de la mesure du temps du travail qu’à celle des risques psychosociaux. Avec la loi Travail, aucune entreprise de plus de 50 salariés ne devrait pouvoir s’exonérer de prendre des dispositions pour garantir ce droit… même si aucune sanction n’a été prévue dans le cas contraire. Toutefois, tout pousse les entreprises à ne pas prendre cette question à la légère…

droit_deconnexion

Source : Le droit à la déconnexion, c’est maintenant !

Les rapports sociaux au travail – Synthèse.Stat’ – Synthèse.Éval’

Enquêtes Conditions de travail Ce numéro de Synthèse.Stat’ présente différents aspects des rapports sociaux au travail. Il aborde les formes de (…)

Source : Les rapports sociaux au travail – Synthèse.Stat’ – Synthèse.Éval’ – Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

L’étude est segmentée en différentes parties, pour lesquelles on peut télécharger les synthèses et les données, à retrouver sur le site de la DARES :

Contraintes physiques, prévention des risques et accidents du travail
Organisation du temps de travail
Intensité du travail et TIC
Autonomie
• Vécu du travail : reconnaissance, conflits de valeurs, insécurité et changements dans le travail (à paraître)

Baromètre Cegos « Climat social et qualité de vie au travail »

Source : Baromètre Cegos « Climat social et qualité de vie au travail » – Actualité RH, Ressources Humaines

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière
Le Groupe Cegos a dévoilé les résultats de la 17ème édition de son baromètre « Climat social et qualité de vie au travail ».
Pour cette édition 2015, 1204 personnes (750 salariés, 307 managers et 147 Directeurs ou Responsables des Ressources Humaines d’entreprises du secteur privé de plus de 100 salariés) ont été interrogées au cours des mois de juillet et août.
Ce Baromètre 2015 reflète sous de nombreux aspects la complexité ambiante entourant le monde du travail. Les mutations à l’œuvre (et en premier lieu l’impact de la digitalisation) paraissent globalement acceptées par les salariés et les managers. Mais l’ampleur et la rapidité de ces changements font planer des risques sérieux en matière de santé au travail.

On peut retrouver la synthèse du communiqué de la Cegos sur le site myRHline, et les baromètres des années précédentes sur le site de la Cegos.

Quelques remarques rapides sur le contenu de cette synthèse, qui mérite d’être lue en détail :

  • Il faut continuer de combattre la surcharge de travail, qu’on soit manager, simple salarié ou évidemment syndicaliste. Toute la difficulté est évidemment de pouvoir dire « non » quand on est en poste, alors que le chômage menace, et constitue de fait un moyen de pression implicite ou explicite sur les salariés.
  • Sur la digitalisation qui augmente la charge de stress et brouille toujours plus la frontière entre vie professionnelle et vie privée, l’étude en reste toujours aux constats, certes réels, tandis que peu de solutions consistantes ou crédibles sont mises en place dans les entreprises : le sujet reste entier, et il est urgent que les organisations syndicales s’en saisissent, pour ne pas laisser les employeurs façonner seuls le monde du travail d’aujourd’hui et demain.
  • Sur la question du climat social, les modalités de management qui favorisent un bon climat peuvent être immédiatement mises en œuvre par les animateurs d’équipe. Pas toujours simple, car il faut simultanément se remettre en question, et faire accepter de telles modalités par les Directions d’entreprises, trop souvent plus promptes à mettre la pression sur les objectifs à atteindre par les équipes sans se préoccuper de la brutalité générée par cette pression.
  • Sur la perte de confiance des managers et des salariés sur la capacité des organisations syndicales à les défendre, les responsabilités sont sans doute partagées, et chacun devrait balayer devant sa porte… Les représentants du personnel qui n’abordent pas toujours les sujets sous le bon angle (il faut parfois aller demander l’application du droit aux Juges, tandis que d’autres problématiques nécessitent une médiation subtile pour trouver leurs solutions). Et les Directions d’entreprise, trop souvent totalement rigides, obnubilées par les résultats à court terme et leur pouvoir de décision, qui ne laissent aucune place à une négociation « gagnant / gagnant » sur le moyen et long terme. Un vrai sujet quoiqu’il en soit pour les organisations syndicales…
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...