Pour le CNNum, la moralisation de la vie publique passe aussi par le numérique

Considérant que la confiance dans la vie publique ne passe pas que par la moralisation de la politique, le Conseil national du numérique a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice.

(…) si la confiance dans la vie publique repose sur une moralisation des comportements personnels, elle se fonde aussi sur notre capacité collective à mieux impliquer les citoyen-ne-s dans l’action publique, et donc à impulser la transformation numérique de notre gouvernance.

Source : Projets de loi rétablissant la confiance dans l’action publique : le Conseil national du numérique s’autosaisit

Etat d’urgence : quelle exception quand l’exception devient la règle ?

Le projet de loi permettant de reconduire l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre est présenté aujourd’hui en conseil des ministres, en attendant le futur projet de loi antiterroriste, qui devrait inscrire dans le droit commun un certain nombre de dispositions qui relèvent aujourd’hui de l’exception. Mais une fois cette nouvelle loi promulguée, que se passera-t-il en cas d’augmentation du niveau de la menace terroriste ? Faudra-t-il alors imaginer d’autres procédures d’exception pour répondre aux failles du système ?

Ghislain Benhessa, avocat et enseignant à la faculté de droit de l’université de Strasbourg, Vanessa Codaccioni, historienne et politologue, et Flore Vasseur, écrivaine et journaliste, s’interrogent sur ces questions.

« Sur son lit de mort, personne ne se dit : « J’aurais aimé passer plus de temps sur Facebook » »

Tous deux anciens de Google, Tristan Harris et James Williams sont devenus des chantres de l’« ethics by design ». Comme d’autres, ils affirment que l’ensemble des terminaux et des plateformes technologiques que nous utilisons chaque jour sont conçus pour contrôler notre attention, notre temps, notre vie. Ils estiment qu’il est grand temps de remettre en question cette approche de la conception numérique pour inventer des alternatives durables et respectant notre liberté de choix.

Source : « Sur son lit de mort, personne ne se dit : « J’aurais aimé passer plus de temps sur Facebook » »

Emplois : vers une automatisation totale sous 120 ans ?

Pour cette étude, une équipe de chercheurs du Future of Humanity Institute d’Oxford a sondé plusieurs centaines d’experts du machine learning et utilisé leurs réponses pour calculer le nombre d’années qu’il faudrait pour que l’intelligence artificielle (IA) dépasse les capacités humaines sur diverses tâches.

Selon eux, les chauffeurs-routiers seront « dépassés » sous 10 ans, les vendeurs sous 15 ans, les chirurgiens sous 35 ans. Et dans l’ensemble, les répondants pensent qu’il y a 50% de chances pour que l’IA supplante les humains dans toutes les tâches sous 45 ans, et permette une automatisation de tous les emplois sous 120 ans.

Source : Les experts de l’IA prédisent la disparition de nombreux emplois

Il faut adapter le droit pour punir la « vengeance pornographique »

Dans une tribune au « Monde », deux doctorantes lauréates du prix Guy Carcassonne rappellent que des images suggestives prises avec le consentement d’un partenaire sont parfois diffusées en ligne par des amants éconduits, et que le droit doit être plus précis en la matière.

Source : Il faut adapter le droit pour punir la « vengeance pornographique »

La future loi antiterroriste du gouvernement soulève de vives inquiétudes

Dévoilé cette semaine dans la presse, l’avant-projet de cette loi consiste essentiellement à pérenniser dans le droit commun les dispositions exceptionnelles de l’état d’urgence.

Le texte contient des mesures spécifiques à la sphère numérique.

Source : La future loi antiterroriste du gouvernement soulève de vives inquiétudes

Robots : vers la fin du travail ?

A travers ce document de travail, Gilles Saint-Paul, économiste français spécialisé dans l’étude du marché du travail, fait entendre sa voix sur l’une des questions les plus débattues du moment. En voici le résumé :

L’histoire économique nous enseigne que si le progrès technique ne profite pas à tous les travailleurs lorsqu’il apparaît, à long terme il est le facteur principal de la hausse extraordinaire des salaires et du niveau de vie que l’économie mondiale a connue depuis la révolution industrielle. Pourtant, les progrès de la robotique pourraient bien remettre en question cet optimisme et donner raison aux cassandre qui prophétisaient la fin du travail. En effet, le champ de ces technologies ne cesse de progresser, au point où la totalité des tâches effectuées par les humains seraient robotisables. Si c’est le cas, l’économie et la société en seraient profondément transformés. On considère cinq scénarios. Dans trois d’entre eux, une classe humaine quasi-oisive se maintient grâce à destransferts prélevés sur la production effectuée par les robots. Ces transferts peuvent s’effectuer à travers l’Etat-Providence, le clientélisme d’une oligarchie possédant les robots, ou le maintien néo-fordiste d’emplois tertiaires dont la fonction essentielle serait le versement d’un salaire qui permettrait le maintien du pouvoir d’achat. En l’absence de mécanismes redistributifs, on envisage deux autres scénarios. Selon le scénario malthusien, le salaire tombe au niveau du salaire de subsistance et la population humaine diminue, ne laissant subsister qu’une classe de rentiers vivant de la possession de robots. Selon le scénario virtuel, le salaire de subsistance lui-même baisse considérablement sous l’effet des nouvelles technologies : la population se maintient en dépit des baisses de salaire.

Source : Robots : vers la fin du travail ?

A qui profite vraiment l’Internet des Objets ?

Au-delà des services proposés par les objets connectés, il y a les multiples données qu’ils collectent, au bénéfice des entreprises qui les ont fabriqués… Un article passionnant qui remet les choses à leur place.

Source : Rise of the machines: who is the ‘internet of things’ good for?

Le premier robot policier entre en service à Dubaï

La police de Dubaï enregistre le renfort d’une recrue d’un nouveau genre : un robot policier. C’est une première étape pour ce pays qui souhaite que les robots représentent 25 % de ses effectifs de police d’ici à 2030. De quoi s’inquiéter, même sans avoir vu Robocop…

Source : Le premier robot policier de Dubaï entre en service : vraie révolution ou fausse bonne idée ?

Terrorisme : la France veut « contraindre les grands opérateurs à agir » sur le numérique

En réaction à l’attentat de Manchester, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement a annoncé un renforcement du renseignement territorial, mais aussi numérique.

« Il y a aussi le renseignement numérique, avec les réseaux sociaux qui ont une responsabilité. Nous devons, au niveau européen, contraindre les grands opérateurs à agir ».

Comment compte-t-il s’y prendre ? A suivre.

Source : Attentat à Manchester : la France veut « contraindre les grands opérateurs à agir » sur le numérique

Robotisation : même les métiers à haute qualification seront touchés

C’est au tour de Gartner de communiquer sur la thématique de la destruction des emplois liée à l’automatisation. Le cabinet tord le cou à l’idée selon laquelle ne disparaîtraient que les emplois qui demandent le moins de compétences : les métiers à haute qualification (médecins, avocats, professions de l’IT) sont également menacés, et ce à horizon 5 ans !

Source : IT, avocats ou médecins, l’IA piquera votre job d’ici 5 ans

Fichier Titres Electroniques Sécurisés : il est possible de refuser l’enregistrement de ses empreintes

Un décret publié au Journal officiel autorise désormais les Français et les Françaises qui font renouveler leurs cartes d’identité à refuser la numérisation et l’enregistrement de leurs empreintes digitales dans le fichier TES.

Source : Fichier TES : vous pouvez désormais refuser l’enregistrement de vos empreintes digitales

Dans les pays en développement, deux tiers des emplois menacés par l’automatisation ?

C’est en tout cas l’estimation terrifiante du président américain de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, qui évoque notamment des taux de destruction d’emplois de 85% pour l’Ethiopie, mais aussi 77% pour la Chine ! Si nous ne disposons malheureusement pas du détail des sources d’où il tire ses prévisions, voilà cependant de quoi alimenter encore le débat sur l’impact de la robotisation sur le marché du travail.

Source : Robots : les propos alarmants de la Banque mondiale sur l’emploi

« La transparence des algorithmes relève des droits civiques »

Nozha Boujemaa, spécialiste de la science des données et directrice de recherche à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), a été chargée en décembre 2016, dans le cadre de la Loi pour une République numérique, de lancer la plate-forme TransAlgo. Dans cette interview, elle donne plus de détails sur ce projet visant à garantir la transparence et la responsabilité des algorithmes et de l’utilisation des données.

Source : O21 : « La transparence des algorithmes relève des droits civiques »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...