La révolution digitale à l’épreuve de l’économie

Multi-entrepreneur, « digital champion » représentant de la France auprès de la Commission européenne sur le numérique, Gilles Babinet a écrit de nombreux livres sur l’impact des nouvelles technologies sur l’économie et la société. En exclusivité pour La Tribune, il analyse dans cet article le mystère du « paradoxe de Solow » : on voit la révolution digitale partout, sauf dans les statistiques de productivité. La deuxième partie de son article aborde les liens entre la productivité et l’emploi à l’heure de l’intelligence artificielle.

Sources :
La révolution digitale à l’épreuve de l’économie : l’enjeu de la productivité (1/2)
La révolution digitale à l’épreuve de l’économie : productivité et emploi (2/2)

Une tribune en 2 volets tout à fait passionnante pour approfondir la réflexion sur les enjeux de l’économie numérique.

La manipulation secrète des utilisateurs d’Uber dévoilée par des lanceurs d’alerte

Utiliser le code informatique pour violer la loi donc nuire aux usagers en toute impunité jusqu’à ce qu’un lanceur d’alerte ou une autorité porte l’information publique. Il y en a qui ont essayé…

Source : La manipulation secrète des utilisateurs d’Uber dévoilée par des lanceurs d’alerte

Nous adhérons particulièrement à la conclusion de l’article :

Avec l’apparition de nouveaux modèles économiques, la frontière de la légalité a été mise à mal une première fois, amenant les autorités nationales ou locales à « négocier » le respect de la loi avec ces entreprises dites innovantes. Aujourd’hui, c’est l’utilisation du code informatique par ces mêmes entreprises qui est questionnée. Il nous faut davantage légiférer sur les algorithmes, opérer des contrôles et donc attribuer les moyens techniques et humains à la hauteur des prétentions des ennemis de l’éthique pour assurer la protection de chacun.

Les algorithmes sont-ils une nouvelle forme de bureaucratie ?

Dans le webzine Real Life, l’essayiste Adam Clair dresse une intéressante comparaison entre algorithmes et bureaucratie. Les algorithmes, rappelle-t-il, « sont conçus pour améliorer la prise de décision humaine en supprimant supposément ses biais et ses limites, mais les protocoles analytiques inévitablement réducteurs qu’ils mettent en œuvre se révèlent surtout vulnérables à des formes d’utilisation abusive ». A l’image des bureaucraties, ils visent ainsi à concentrer le pouvoir dans des structures ordonnées et cohérentes.

Une chronique d’InternetActu.net développe cette comparaison.

Source : Les algorithmes sont-ils une nouvelle forme de bureaucratie ?

Le numérique, un des parents pauvres de la Présidentielle 2017

A l’occasion de la conférence Hacking 2017, les acteurs français du numérique ont souhaité confronter les candidats à l’élection présidentielle. Face à leurs doléances, les représentants de ces derniers se sont contentés de détailler les mesures de leurs programmes économiques en les insérant dans un contexte numérique, et en les agrémentant de mesures spécifiques.

Source : Le numérique parent pauvre de la Présidentielle 2017

Le très décrié fichier Titres Electroniques Sécurisés généralisé à la France entière

Après une expérimentation de cinq mois dans les Yvelines, le fichier Titres Electroniques Sécurisés (TES), rassemblant dans une même base les données personnelles et biométriques de tous les détenteurs d’une carte d’identité ou d’un passeport, est désormais généralisé à la France entière. Et visiblement, cette extension s’est faite sans prendre en compte les avis très mitigés émis par la CNIL, le CNNUm, ou encore la Dinsic et l’Anssi

Source : Le fichier TES est généralisé, sans se préoccuper des réserves ?

Données personnelles : la CNIL appelle à préparer l’application des nouvelles règles européennes

Présentant hier le rapport d’activité 2016 de la CNIL, sa Présidente Isabelle Falque-Pierrotin a appelé les entreprises, mais aussi les pouvoirs publics, en charge de dépoussiérer la Loi Informatique et Libertés, à se mobiliser dans l’optique de l’entrée en vigueur en mai 2018 du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, adopté en avril 2016.

Source : En 2017, la CNIL face au compte à rebours de la nouvelle loi européenne

La Banque Postale veut former les exclus du numérique

En partenariat avec l’association Emmaüs Connect, la banque filiale du groupe La Poste lance un « plan d’inclusion bancaire par le numérique », afin d’accompagner ses clients les plus « fragiles » dans l’adoption des services bancaires digitalisés. Rémy Weber, Président du Directoire de la Banque Postale, présente cette initiative.

Source : La Banque Postale n’oublie pas les exclus du numérique

A lire : La laisse électronique – Les cadres débordés par les TIC

Synthèse de diverses études quantitatives et qualitatives sur l’usage des technologies de communication par les cadres, cet ouvrage, écrit à huit mains par des universitaires français dresse un constat des nouvelles manières de travailler induites par ces outils.

Voici le résumé fait par l’éditeur :

L’activité numérique des cadres sur leurs différents terminaux électroniques mobiles s’intensifie au rythme des nouvelles injonctions à communiquer des organisations contemporaines. Connectés, hyper connectés, débordés, comment les cadres vivent-ils leurs pratiques des outils de communication mobiles ? Comment font-ils face à ce qui est parfois évoqué comme une « laisse électronique » ? À travers plusieurs enquêtes qualitatives et quantitatives, auprès de cadres, de directeurs des Ressources Humaines et de responsables syndicaux, cet ouvrage dresse un panorama nuancé des pratiques et des usages numériques dans les entreprises contemporaines. À la veille de l’édification du Droit à la Déconnexion (issue de l’article 55 de la Loi n° 2016-1088 du 8 août 2016), ce livre apporte un double éclairage : d’une part, il rend compte du sens des pratiques numériques mises en œuvre par les individus et collectifs de travail pour mener à bien leur activités quotidiennes, et, d’autre part il pointe les écueils d’une forte prescription des usages technologiques, en termes d’appropriation, de liberté et d’autonomie dans le travail.

Source : Livre – Les cadres face aux défis de leurs nouveaux outils

Quelle société pour demain ? La CFE-CGC interpelle les candidats à la Présidentielle

La CFE-CGC s’invite dans la campagne pour l’élection présidentielle, avec un dossier (consultable et téléchargeable ici) dans lequel elle affiche sa volonté de « réconcilier l’économie de marché avec l’intérêt général ». Après un état des lieux global des récentes évolutions du monde, dans ses aspects économiques, sociétaux et sociaux, elle se penche plus particulièrement sur 8 thématiques, pour lesquelles elle formule des propositions : les parcours professionnels, l’économie au sens large (avec des incursions dans les domaines de l’industrie, du développement durable et du logement), le numérique, la protection sociale, la santé au travail, le handicap, le dialogue social, et l’Europe et l’international.

La CFE-CGC pose par ailleurs 7 questions aux candidats, dont les réponses seront publiées intégralement et sans commentaire sur son site.

  • Comment réconcilier l’économie de marché avec l’intérêt général de notre pays ?
  • Le relèvement de l’âge d’ouverture des droits à la retraite est fréquemment évoqué comme mesure pour restaurer et pérenniser l’équilibre de nos régimes de retraite. Considérez-vous cette mesure comme pertinente ? Proposez-vous d’autres mesures permettant d’atteindre le même objectif ?
  • Pouvons-nous, en France, tirer profit de la 4e révolution industrielle sans l’expression des intérêts convergents et contradictoires issue de l’exercice du dialogue social ?
  • Quel avenir pour le statut de la Fonction publique, en y intégrant les contractuels de plus en plus nombreux dans le périmètre du secteur public ?
  • Comment construire un droit à la formation spécifique pour la population « encadrants et experts » ?
  • Quelle est votre position concernant le principe de « conditionnalité sociale » dans les accords de libre-échange ? Que pensez-vous de l’élévation du Socle social européen comme levier pour favoriser l’adhésion au projet européen ?
  • Quelles mesures envisagez-vous afin de développer l’égalité des chances des personnes en situation de handicap dans leur cursus scolaire, universitaire et pour leur accès à un emploi de cadre ou technicien ?

Loi République numérique : ces mesures qui vont s’appliquer… ou pas

Du goulot d’étranglement que constitue la fin d’un mandat présidentiel à l’attente de décisions qui se valident à Bruxelles… Si certaines mesures contenues dans la Loi Numérique seront mises en œuvre sans problème avant la fin du présent quinquennat, à l’instar de l’ouverture de l’open data, la mise en application des textes sur la loyauté des plateformes ou l’accessibilité des sites web dépendra, elle, du bon vouloir du prochain gouvernement.

Source : Loi République numérique : il va falloir s’armer de patience

La Fnac et Deezer scellent un partenariat

Cette alliance jette des passerelles entre les différents marchés de la musique (physique, digitale et live). Le service de streaming, en retrait par rapport à ses concurrents internationaux, y voit l’opportunité de nouveaux leviers de croissance, tandis la Fnac poursuit, après Darty et Canal+, sa stratégie de rapprochement avec des leaders français des produits et services culturels, pour résister au géant Amazon, voire imiter son modèle. A terme, le distributeur pourrait devenir un des actionnaires de Deezer, parmi lesquels figure toujours Orange.

Source : Comment la Fnac copie le modèle prime d’Amazon grâce à Deezer

Numérique : des programmes encore assez flous

Des représentants des candidats Benoît Hamon, Emmanuel Macron et François Fillon ont débattu hier du volet numérique de leurs programmes respectifs, évoquant des thématiques comme le cadre réglementaire, le financement de l’innovation, la formation, ou encore la transformation du monde du travail. A moins de deux mois du premier tour des élections, c’est la première fois qu’ils abordent cette question… avec timidité.

Source : Quel est le programme numérique des candidats à la présidentielle ?

Combien les entreprises investissent-elles vraiment en communication ?

Une étude UDA et UDECAM, menée en 2016 par EY sur les investissements en communication des entreprises auprès de 1033 entreprises représentatives

Source : Combien les entreprises investissent-elles vraiment en communication ? – Union des annonceursUnion des annonceurs

A noter : l’investissement croissant dans les médias numériques :

En France en 2015, 46,2 Mds€ ont ainsi été investis par les entreprises pour leur communication, soit 2,1 % du PIB national, et la filière représente au moins 700 000 emplois.
L’ère du numérique et l’apport technologique de la data ont également transformé les priorités d’investissement des entreprises, dans la communication digitale (avec 2,8 Mds€) et dans la connaissance client (avec 1,3 Md€).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...