Fibre : Orange touche au but à Paris

Selon les chiffres fournis hier par Fabienne Dulac, directrice exécutive d’Orange France, 1,357 million de foyers parisiens sur les 1,7 million raccordables (soit près de 90% de la population de la capitale), sont aujourd’hui éligibles à la fibre. Au niveau national, à fin décembre 2016, ce sont 6,9 millions de foyers qui étaient raccordés (soit près de 90% des logements raccordables). Ces chiffres sont notamment les fruits d’un investissement de 3 milliards d’euros entre 2015 et 2018, en particulier à travers le plan « Ville 100% fibre » d’Orange.

Source : Orange couvre presque tout Paris en fibre

BT accepte de faire de sa filiale réseau une entreprise juridiquement distincte

Le lobbying des opérateurs alternatifs britanniques et l’intense pression de l’Ofcom, le régulateur local des télécoms, ont fini par payer : BT va transformer Openreach, sa branche dédiée au réseau, en une entreprise juridiquement distincte. Le régulateur britannique estime que cette mesure devrait éliminer les risques de pratiques anticoncurrentielles de l’opérateur historique vis-à-vis de ses concurrents et donner un coup d’accélérateur aux investissements des opérateurs dans la fibre.

Sans atteindre de telles extrémités, le régulateur français adopte depuis plusieurs mois une attitude assez menaçante vis-à-vis d’Orange, pourtant principal investisseur du pays dans le développement des réseaux fibre. Pour notre part, nous répétons, encore une fois, qu’on ne peut pas à la fois prôner la concurrence par les infrastructures et pénaliser celui qui investit le plus, au bénéfice collectif de tous les acteurs économiques du territoire. Au lieu d’un coup d’accélérateur, une telle initiative provoquerait sans doute plutôt un coup de frein brutal sur les investissements et, partant, sur le développement des infrastructures en France.

Source : BT, le « Orange » britannique, va créer une filiale distincte dédiée au réseau

Fibre : une amende de 40 millions d’euros pour SFR

Quelques mois seulement après avoir sanctionné la marque au carré rouge à hauteur de 80 millions d’euros dans le cadre de son opération de fusion avec Numéricable, l’Autorité de la concurrence remet ça : cette fois, il reproché à SFR de n’avoir pas respecté les engagements d’un contrat de co-investissement dans la fibre passé avec Bouygues Telecom.

Source : Fibre : SFR écope d’une amende de 40 millions d’euros

Quand Stéphane Richard interpelle les régulateurs européens

Le Mobile World Congress a été le théâtre d’une passe d’armes à fleurets mouchetés entre le PDG d’Orange et Andrus Ansip, Vice-président de la Commission européenne et responsable du marché unique numérique.  Au cours d’une conférence sur la 5G, Stéphane Richard a notamment invité les autorités de régulation à prendre en compte dans leurs décisions le lourd investissement consenti par les opérateurs pour adapter leur infrastructure à ce nouveau standard. Il a par ailleurs rappelé son espérance d’une (re)concentration du marché français.

MWC : le PDG d’Orange s’en prend à nouveau aux régulateurs européens des télécoms

Plan France Très haut Débit : vers un dérapage de 15 milliards d’euros ?

Le rapport de la Cour des comptes évalue à 34,9 milliards d’euros le coût total du plan « France Très Haut Débit », estimé initialement à 20 milliards d’euros. Par ailleurs, la juridiction financière estime que l’insuffisance de co-investissement privé autour de ce plan compromet l’objectif de 100% de couverture en 2022. Des conclusions vivement contestées par la Secrétaire d’État en charge du numérique, Axelle Lemaire.

Source : Très haut débit : la Cour des comptes craint un dépassement de plusieurs milliards d’euros

Pour l’Arcep, la convergence télécoms-médias menace le développement des réseaux

Dans une interview au Financial Times, Sébastien Soriano s’inquiète que l’intérêt de SFR et Orange pour les médias ne freine leurs investissements dans la 4G et la fibre.

Après sa prise de position de début janvier qui avait déclenché un affrontement avec Orange (et une réaction de notre syndicat), voilà encore une nouvelle communication malheureuse du président de l’Arcep, qui intervient alors même que les opérateurs multiplient les signes attestant de leur engagement sur le développement des réseaux, à l’instar d’Orange tout récemment.

Source : Pour l’Arcep, la convergence entre les télécoms et les médias menace les réseaux

Fibre : SFR poursuit son lobbying anti-Orange

Profitant de la volonté du régulateur d’aider les concurrents d’Orange à investir plus dans la fibre, l’opérateur au carré rouge a affirmé, ce lundi, qu’il souhaitait bien en faire davantage. Il appelle ainsi à un partage « plus égalitaire » de la couverture des villes moyennes et des périphéries des grandes villes vis-à-vis de l’opérateur historique.

Source : Fibre : SFR poursuit son lobbying anti-Orange

Ben voyons ! Pour rappel, quand SFR fait 1,5 Mrd € d’investissement dans la fibre, Orange en fait 4,7 (données au T3  2016, sur la base des publications officielles de résultats des opérateurs – voir tableau récap en fin de cet article, qui remet les éléments en contexte).

Le problème, pour le moment, c’est que le plan d’investissement initialement promis par SFR n’a pas été tenu… alors qu’Orange tient ses engagements en la matière. Avant de réclamer une nouvelle part de galette, ne faut-il pas au préalable avoir terminé celle qu’on a dans son assiette ?

Alerte ! il faut augmenter l’investissement public

4 minutes d’analyse économique bien utiles par les temps qui courent, basées notamment sur les données de l’OFCE. Avec, au passage, une petite explication du multiplicateur keynésien dont nous avons récemment fait usage pour expliquer l’impact des investissements dans la fibre sur la croissance française.

Les amateurs pourront également retrouver sur le site de l’OFCE / SciencesPo les analyses et propositions de leurs économistes et chercheurs dans le cadre de la prochaine élection présidentielle.

Source : Christian Chavagneux, Alternatives Economiques – Alerte ! il faut augmenter l’investissement public

Affrontement Arcep-Orange sur la fibre : les pièces du dossier

Interviewé lundi dans Les Echos à l’occasion des vœux de l’Arcep pour 2017, Sébastien Soriano, son Président, déplorait le retard de la France dans la 4G et l’Internet fixe à très haut débit, appelait les opérateurs à investir plus dans leurs réseaux et se prononçait pour… un renforcement de la régulation d’Orange dans la fibre, affirmant vouloir « attaquer les derniers bastions de son monopole ».

Si les concurrents de l’opérateur historique, forcément, se félicitent de cette prise de position, il n’en est évidemment pas de même chez Orange.
La CFE-CGC a été la première à réagir, dans un communiqué de presse paru mardi, s’interrogeant notamment sur la justesse de l’analyse du régulateur des télécoms selon laquelle « c’est donc l’acteur qui investit le plus qui devrait être sanctionné », et appelant le gouvernement à intervenir face à ces mesures « visant à punir, une fois de plus, l’opérateur dont le défaut majeur est d’être issu d’un ancien monopole d’État ».
La Direction d’Orange lui a emboité le pas, par la voix de son Directeur général délégué, Pierre Louette, qui affirme : « Si certains concurrents sont en retard, si des erreurs ont été commises, ce n’est pas à nous de les payer. Laissez-nous déployer en paix ! ».

Sources :
S. Soriano : « Les opérateurs télécoms doivent mettre les bouchées doubles dans les investissements »
Le régulateur veut des obligations spécifiques pour Orange dans la fibre
Nouvelles contraintes réglementaires sur la fibre : injustes et contre-productives pour la croissance et pour l’emploi en  France
Orange au régulateur : « Laissez-nous déployer la fibre en paix ! »

Le très fort coup de pression de SFR sur Canal+

L’opérateur au carré rouge multiplie les emplettes dans les médias et les contenus. Ainsi, cette semaine, il a soufflé à Canal+ l’exclusivité des chaînes Discovery et NBCUniversal. Du cinéma en passant par le sport et le divertissement, SFR a considérablement étoffé son offre ces derniers mois, poursuivant dans sa stratégie de convergence et se positionnant comme un concurrent de plus en plus sérieux face à la chaîne de Vincent Bolloré. L’opérateur vient d’ailleurs d’annoncer le lancement prochain d’une offre de télévision par satellite, vouée à concurrencer frontalement Canalsat.

sfr_medias

Source : Le très fort coup de pression de SFR sur Canal+

Obama, l’intelligence artificielle et les politiques français

Il faut lire l’entretien croisé en Barack Obama et le directeur du MIT Media Lab Joi Ito publié par le prestigieux magazine techno américain Wired. Vue de notre côté de l’Atlantique, cette longue discussion a de quoi surprendre : le sommet de l’Etat maîtrise les débats que l’on pense réservés à une petite sphère technophile. Barack Obama y apparaît suffisamment à l’aise pour jouer avec les codes et les références culturelles des «geeks» les plus pointus. Elle surprend et permet surtout de mesurer le fossé entre deux façons de faire de la politique.

Source : Obama, l’intelligence artificielle et les politiques français – Libération

Lobbying : les GAFA ne regardent pas à la dépense

Google, Amazon et Facebook sont, dans cet ordre, les trois entreprises technologiques américaines qui dépensent le plus en lobbying pour faire avancer leur cause auprès des législateurs, comme le montre une étude du journal américain The Hill. Pas difficile, dans ces conditions, de comprendre le soin que le gouvernement américain met à défendre les intérêts des GAFA lors des grandes négociations internationales.

lobbying

Source : Lobbying : Google, Amazon et Facebook ne reculent pas devant la dépense

Télécoms européens : vers une réglementation allégée pour inciter au co-investissement dans les infrastructures THD

Bruxelles vient de dévoiler un projet de réforme des télécoms visant à faire entrer l’Europe dans l’ère du très haut débit pour tous.

Trois objectifs stratégiques ont été fixés à l’horizon 2025 :

  • fournir des connexions de l’ordre du 1 Gbit/s à tous les principaux acteurs socio-économiques,
  • donner accès à des débits d’au moins 100 Mbits/s à tous les foyers européens,
  • couvrir en 5G toutes les zones urbaines et les principaux axes de transport, avec l’objectif intermédiaire d’un lancement commercial dès 2020.

La Communauté européenne évalue les investissements nécessaires à la réalisation de ce plan à 500 milliards d’euros, dont une large part proviendra de « sources privées », c’est-à-dire des grands opérateurs. Consciente que ces derniers ne pourront/voudront pas supporter seuls tout le poids de cet investissement, elle entend stimuler le co-investissement en allégeant considérablement la réglementation dans ce domaine.

europe

Source : Télécoms : de nouvelles règles pour faire entrer l’Europe dans l’ère du « Gigabit »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...