« Sur son lit de mort, personne ne se dit : « J’aurais aimé passer plus de temps sur Facebook » »

Tous deux anciens de Google, Tristan Harris et James Williams sont devenus des chantres de l’« ethics by design ». Comme d’autres, ils affirment que l’ensemble des terminaux et des plateformes technologiques que nous utilisons chaque jour sont conçus pour contrôler notre attention, notre temps, notre vie. Ils estiment qu’il est grand temps de remettre en question cette approche de la conception numérique pour inventer des alternatives durables et respectant notre liberté de choix.

Source : « Sur son lit de mort, personne ne se dit : « J’aurais aimé passer plus de temps sur Facebook » »

Qwant passe au machine learning / deep learning avec Nvidia

Le Français Qwant s’équipe en supercalculateurs Nvidia DGX-1. Des machines à base de GPU Testla, adaptées au monde du deep learning.

Nvidia, déjà réputé dans l’univers du jeu vidéo pour ses cartes graphiques intégrant des processeurs spécialisés dans les calculs parallèles massifs, développe avec assez de réussite ses propres solutions matérielles et logicielles de véhicules autonomes – fussent-ils des voitures ou des drones – pour se trouver des partenaires de renom comme Bosch et Toyota.

Il sera intéressant de voir ce que donnera l’alliance de cet outsider de l’intelligence artificielle avec le moteur de recherche français qui se veut une alternative éthique à Google lorsque ce dernier utilise déjà ses propres processeurs TPU dédiés aux réseaux neuronaux.

Vidéos :

Sources :

« Taxation des GAFA : l’Italie donne l’exemple »

En obtenant de Google la reconnaissance d’un « établissement stable » dans la Péninsule, Rome a pu prélever l’impôt sur son activité dans ses frontières, note dans une tribune au « Monde » Franck Cazenave, l’auteur de « Stop Google ». Il plaide pour que les autres pays européens fassent de même face aux géants du numérique.

Source : « Taxation des GAFA : l’Italie donne l’exemple »

Dommage que la France ne parvienne visiblement pas à faire de même.

Google pourrait échapper au redressement fiscal en France

Accusé d’évasion fiscale par le fisc, qui lui réclame 1,115 milliard d’euros d’arriérés d’impôts, Google pourrait finalement ne pas avoir à dépenser un sou. C’est en tout cas l’opinion du rapporteur public du tribunal administratif de Paris. Arguant que « Google France n’a pas bénéficié de la présence d’un établissement stable en France, tant au regard de la retenue à la source que de l’impôt sur les sociétés ou de la TVA », il estime que Google n’est pas contraint de payer des impôts et taxes dans notre pays. A suivre courant juillet, lors du rendu du jugement…

Source : Google pourrait échapper au redressement fiscal en France

Ubériser l’Etat… avant que les GAFA s’en chargent ?

Clément Bertholet, employé à la Direction du budget, et Laura Létourneau, qui œuvre au sein de l’unité Internet ouvert de l’Arcep, nous présentent leur livre, sorti en mars dernier, « Ubérisons l’État ! Avant que d’autres ne s’en chargent ». Voici le résumé qu’en fait leur éditeur :

Tout le monde voit l’ubérisation à sa porte. Pourtant, un acteur économique majeur refuse de voir la menace : l’État. À tort, son ubérisation a déjà commencé. Les acteurs du numérique, au premier rang desquels les GAFA, Google, Apple, Facebook et Amazon, marchent chaque jour un peu plus sur les plates-bandes des services publics.

Si l’ubérisation de l’État peut faire peur, il faut pourtant la considérer comme une opportunité unique de transformation : les interfaces État-citoyens doivent devenir indolores, la production de services publics doit davantage être décentralisée et reposer, partout où c’est possible, sur l’intelligence collective. L’action publique doit s’ubériser elle-même pour prétendre à plus d’efficacité administrative et de fonctionnement démocratique.

L’État n’y arrivera pas tout seul. C’est à nous individus, entreprises, collectifs de participer pour que l’Administration évolue à marche forcée et réponde aux besoins de la société du XXIe siècle.

Microsoft et Facebook vont ils révolutionner le recrutement ?

Big Data, intelligence artificielle et bots s’imposent peu à peu dans les entreprises, y-compris dans le cadre des RH. Les deux géants de l’IT possèdent ainsi toutes les cartes en main pour devenir, à moyen terme, des acteurs majeurs du marché du recrutement.

Source : Microsoft et Facebook vont ils ubériser le recrutement ?

A qui profite vraiment l’Internet des Objets ?

Au-delà des services proposés par les objets connectés, il y a les multiples données qu’ils collectent, au bénéfice des entreprises qui les ont fabriqués… Un article passionnant qui remet les choses à leur place.

Source : Rise of the machines: who is the ‘internet of things’ good for?

Climat : des géants américains de l’IT s’opposent à la décision de Trump

Avant la décision annoncée hier par Donald Trump, 25 grandes entreprises américaines, parmi lesquelles Apple, Facebook et Google, des équipementiers (HP, Intel) et des éditeurs de logiciels (Adobe, Microsoft, Salesforce) avaient exhorté le président américain à ne pas retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat.

Et, dans la foulée de l’annonce de Donald Trump, l’entrepreneur Elon Musk a annoncé qu’il quittait ses fonctions de conseil du président.

Source :
Apple, Google, Facebook et Microsoft demandent à Trump de rester dans l’accord de Paris
Après la décision sur les Accords de Paris, Elon Musk quitte le conseil de Trump

Ministère de la Défense : un contrat avec Microsoft qui fait débat

Dans un article publié par Marianne, un collectif de journalistes s’interroge sur la légitimité d’un contrat, en cours de renégociation, liant le ministère de la Défense à Microsoft. De type open bar, celui permet aux services du ministère de se servir librement des technologies de l’éditeur américain afin d’équiper leurs postes informatiques. Au-delà des risques en matière de souveraineté et de sécurité du pays, déjà soulevés précédemment, c’est la question de l’absence de mise en concurrence des prestataires pour ce contrat qui est désormais mise en avant…

Source : Microsoft et ministère de la Défense : le débat sur le contrat open bar fait son retour

La Commission européenne inflige une amende de 110 millions d’euros à Facebook

Voilà une semaine qui aura coûté un quart de milliard d’euros à la société de Mark Zuckerberg, d’abord sanctionnée par la Cnil, puis par la Commission européenne. Cette dernière reproche à Facebook de lui avoir transmis des informations erronées lors de son rachat de WhatsApp en 2014, en lui garantissant qu’elle ne pourrait pas recouper ses données utilisateurs avec celles de l’application de messagerie instantanée à des fins publicitaires.

Source : La Commission européenne sanctionne Facebook d’une amende de 110 millions d’euros

Les GAFAM bientôt dans les écoles françaises ?

Le délégué au numérique éducatif du ministère de l’Education nationale ne voit plus aucune opposition à l’utilisation des services web des grands acteurs américains dans les écoles françaises. Un virage notable et qui fait débat au sein même du ministère, après des années d’interdiction officielle de l’utilisation des services des GAFAM.

Source : Numérique : Le ministère ouvre l’Ecole à Google ?

Facebook condamné à 150 000 euros d’amende par la Cnil

Cette sanction est certes purement symbolique au regard du chiffre d’affaires de Facebook, mais c’est la plus lourde amende que la Cnil puisse infliger en attendant l’entrée en vigueur de la réglementation européenne sur la protection des données, en 2018. Pointant les « nombreux manquements à la loi Informatique et libertés » de la firme de Mark Zuckerberg, la Cnil lui reproche notamment d’avoir tracé « à leur insu les internautes, avec ou sans compte, sur des sites tiers via un cookie ».

Source : Données personnelles : Facebook condamné par la CNIL à 150 000 euros d’amende

Les négociations pour réviser la chronologie des médias échouent

Engagées depuis deux ans, les discussions pour renouveler le cadre de la chronologie des médias ont débouché sur une impasse. Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), qui avait relancé les négociations, jette l’éponge « et laisse ce dossier brûlant au prochain gouvernement ».

Source : SVOD et Chronologie : le CNC dans l’impasse

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...