Apple profite d’un cadeau fiscal pour rapatrier son magot aux Etats-Unis

Depuis de nombreuses années, les bénéfices réalisés par Apple hors des Etats-Unis, soit un total estimé en 2017 à plus de 250 milliards de dollars, restaient stockés à l’étranger. La firme à la pomme refusait en effet de s’acquitter des 35% d’impôts prélevés par le gouvernement américain sur les fonds des multinationales rapatriés aux États-Unis.

Mais l’administration Trump a offert à ces dernières un beau cadeau de Noël, sous la forme d’une réforme fiscale limitant ce prélèvement à 15,5%. Apple s’apprête donc à rapatrier son trésor de guerre aux Etats-Unis, moyennant un impôt de 38 milliards de dollars seulement. La firme de Cupertino en profite pour rappeler son attachement à son pays natal, mettant en avant les investissements qu’elle va y réaliser… grâce à l’argent économisé en impôts. Quant à Donald Trump, il peut se gargariser de l’efficacité de sa politique.

Bref, tout le monde est content de cette happy end, qui appelle quand même une question : quelle part de cet impôt aurait dû être versé aux pays européens ?

Source : Apple va payer 38 milliards de dollars en « impôt de rapatriement »

Facebook France vers une révolution fiscale en 2018 ?

La réforme annoncée en fin d’année par Facebook en matière de comptabilisation de ses revenus publicitaires devrait être effective cette année en France. C’est ce qu’a affirmé Laurent Solly, DG France et Europe du Sud de la firme de Menlo Park, lors de son interview sur France Inter en fin de semaine dernière.

A partir de l’année 2018, les revenus de Facebook France investis par des entreprises […] qui ont été accompagnées par des équipes commerciales [et] marketing qui sont ici […] à Paris seront déclarés en France.

Source : Facebook France vise une révolution fiscale en 2018

Apple passe à la caisse auprès du fisc britannique

Après Google (en 2015) et Facebook (en 2016), c’est au tour d’Apple de sortir le chéquier pour régulariser sa situation fiscale au Royaume-Uni. Le géant de l’IT aurait accepté de régler au fisc britannique un montant d’un peu plus de 150 millions d’euros au titre d’arriérés d’impôts.

Et pendant ce temps, la France attend encore son tour.

Source : Apple passe à la caisse du fisc britannique après Google et Facebook

iPhones bridés : Apple attaqué en justice

C’est le scandale technologique qui a animé la trêve des confiseurs : mis au pied du mur par les médias, Apple a reconnu ralentir volontairement, depuis plus d’un an, les performances de certains de ses « vieux » modèles d’iPhones, pour ménager leurs batteries vieillissantes. Ciblée par plusieurs « class actions » aux Etats-Unis, la firme de Cupertino a présenté ses excuses à ses clients et annoncé une baisse drastique du prix de ses batteries pour permettre à ceux qui le souhaitent de les remplacer.

Cette actualité est venue relancer le débat autour de la durée de vie des objets et de la « culture du jetable ». Mais peut-on vraiment fabriquer des objets inusables ou susceptibles d’être garantis à vie ? Laëtitia Vasseur, cofondatrice de l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP), Olivier Chambon, youtuber « maker », Manuel Charpy, chargé de recherches au CNRS et spécialiste de l’histoire de la culture matérielle et de la consommation, et Gilles Belley, designer industriel, en débattent.

La Cnil épingle WhatsApp pour partage illégal de données avec Facebook

L’application de messagerie instantanée avait déjà été sanctionnée par la Commission européenne au printemps dernier pour le partage illicite de ses données avec Facebook, qui l’avait rachetée en 2014. Depuis, les diverses CNIL européennes ont mené leur enquête et, en France, il a été constaté que WhatsApp ne respectait pas la loi en matière de protection des données, malgré plusieurs rappels à l’ordre du régulateur. Aujourd’hui, la CNIL met en demeure WhatsApp de se conformer à la loi française dans un délai de 3 mois, sous peine d’amende pouvant aller jusqu’à 3 millions d’euros.

Source : La Cnil accuse WhatsApp d’obliger ses utilisateurs à transmettre leurs données à Facebook

Facebook admet ses possibles effets indésirables, mais propose une solution…

Suite (?) aux griefs exprimés par ses anciens cadres à son encontre, Facebook a, dans un article de blog publié par deux de ses chercheurs, reconnu qu’il pouvait être « mauvais » pour une partie de ses deux milliards d’utilisateurs :

En général, les gens qui passent beaucoup de temps à consommer de manière passive des informations, c’est-à-dire qui lisent mais qui n’interagissent pas avec les autres, se sentent mal.

Mais pour résoudre ce problème, la solution est toute trouvée : être plus actif… sur Facebook !

Facebook ne sera plus un problème si vous l’utilisez davantage et mieux.

Honte aux générations de chercheurs qui sont passés à côté d’une telle évidence…

Source : Facebook admet qu’il peut être néfaste, mais suggère que c’est de notre faute

Fiscalité : le Luxembourg ne veut pas des impôts d’Amazon, l’Italie si

En octobre dernier, la Commission européenne avait condamné Amazon à rembourser au Luxembourg 250 millions d’euros « d’avantages fiscaux indus » : le gouvernement luxembourgeois vient de décider de faire appel de cette décision devant le tribunal de l’Union européenne.

A l’inverse, le géant américain du commerce en ligne a été contraint de signer un accord avec le fisc italien, prévoyant le versement de 100 millions d’euros pour solde de tout compte, dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale qui le visait. Ce n’est pas une première pour le fisc transalpin qui avait déjà réussi à épingler Apple et Google à son tableau de chasse.

Sources :
Le Luxembourg fait appel de la condamnation fiscale d’Amazon par Bruxelles
Amazon va payer 100 millions d’euros au fisc italien

Optimisation fiscale : Facebook promet plus de « transparence »

Facebook a annoncé qu’à partir de 2018, ses revenus publicitaires seraient comptabilisés localement, et non plus affectés à son siège européen de Dublin, qui bénéficie d’un faible taux d’imposition. Une promesse à suivre de près…

Source : Optimisation fiscale : Facebook promet plus de « transparence »

Quand les GAFA s’efforcent de séduire les enfants

Quelques semaines après la polémique qui a contraint YouTube à enlever de sa plateforme YouTube Kids, dédiée aux enfants, 150 000 vidéos inappropriées, Facebook montre à son tour son intérêt pour cette cible en lançant Messenger Kids pour les 6-12 ans. Les géants du numérique espèrent ainsi séduire, presque au berceau, une nouvelle génération d’utilisateurs.

Source : Les raisons de l’intérêt des GAFA pour nos enfants

Privacy Shield : les CNIL européennes toujours pas satisfaites

Le G29 des CNIL européennes avait déjà exprimé ses réserves à propos du Privacy Shield, accord encadrant le transfert des données personnelles des citoyens européens vers les Etats-Unis, en avril 2016, peu après sa signature. Suite à une récente réévaluation, le rapport des CNIL salue, en quelques lignes, la progression que constitue le Privacy Shield par rapport au précédent accord invalidé, mais dresse une très imposante liste d’aspects à améliorer.

Source : Privacy Shield : l’UE et les États-Unis ne sont pas encore sur la même ligne

Les Français divisés face aux changements qui impactent l’économie

L’étude Ipsos/Sopra Steria et Lire la Société portant sur la perception par les Français des nouveaux enjeux de l’économie souligne, une fois de plus, la profonde fracture sociale qui divise notre pays. De fait, sur à peu près toutes les questions, un clivage très net sépare les catégories moyennes et supérieures, plus confiantes en l’avenir, des catégories populaires, qui se perçoivent comme moins bien armées pour faire face aux défis qui vont se présenter à eux.

Par exemple, concernant l’impact des technologies numériques sur l’emploi, une moyenne de 34% des Français y voient une menace, mais ce pourcentage monte à 42% chez les ouvriers, alors qu’ils se limite à 19% chez les cadres.

Source : Des Français divisés face aux nouveaux enjeux de l’économie

L’Irlande va (enfin) collecter les 13 milliards d’euros d’impôts d’Apple

Le dossier avait suscité des tensions entre Dublin et Bruxelles, les autorités européennes jugeant que l’Irlande tardait pour collecter les 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux indûment concédés à Apple. Le paiement devrait intervenir au 1er trimestre 2018, à peine plus d’un an et demi après la demande initiale (!).

Source : Fiscalité : Apple va débloquer 13 milliards d’euros pour l’Irlande

« Google et Microsoft ont acquis des monopoles temporaires qui semblent se perpétuer »

Une très stimulante interview de François Lévêque, auteur de l’ouvrage « Les Habits neufs de la concurrence : Ces entreprises qui innovent et raflent tout » (septembre 2017, Odile Jacob), qui analyse, loin des clichés, le phénomène complexe de la concurrence.

S’exprimant notamment sur les GAFA, il estime que, contrairement à la conception de Schumpeter,  selon laquelle une entreprise ne peut dominer le marché qu’un certain temps, il n’est pas évident, aujourd’hui, de savoir si les géants du numérique se feront un jour concurrencer et battre par de nouveaux acteurs. De fait, loin de se contenter de profiter de leur situation de rente, ces derniers multiplient les innovations dans des secteurs variés, ce qui contribue à renforcer leur toute-puissance.

Source : « Google et Microsoft ont acquis des monopoles temporaires qui semblent se perpétuer »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...