EU Bid to Protect Telecom Companies From Chinese Rivals Flounders

A European Union plan to help shield the bloc’s telecommunications-equipment companies from a rush of Chinese rivals is floundering, according to EU and industry officials, compounding the European industry’s troubles amid weak demand for its mainstay wireless products.

Source : EU Bid to Protect Telecom Companies From Chinese Rivals Flounders – WSJ

Une fois de plus, la suspicion pèse sur la loyauté de la concurrence chinoise en matière d’équipements de télécommunications : entre subvention des exportations de Huawei et ZTE, barrage des équipementiers européens Ericsson et Nokia (qui a absorbé Alcatel Lucent), voire espionnage des télécommunications occidentales via les équipements implantés par les entreprises chinoises, nombre de questions se posent.

Les Etats-Unis, comme souvent, se montrent beaucoup plus protectionnistes que les européens, et ont notamment interdit les équipements Huawei dans leurs réseaux de télécommunications, arguant justement des risques d’espionnage. Ce n’est peut être que du protectionnisme économique… mais il serait urgent que la Commission européenne prenne des mesures pour préserver nos derniers équipementiers européens, qui sont fort à la peine.

Il en va non seulement du maintien des emplois dans la filière, qui en détruit à tours de bras depuis plus d’une décennie, mais surtout de notre souveraineté numérique, enjeu bien plus important que le libre échange pour la préservation de notre autonomie économique et de nos démocraties.

Intel devrait supprimer 750 emplois en France, soit 3/4 de ses effectifs dans l’Hexagone

Sale temps pour les équipementiers ! Après STMicroelectronics en début d’année, c’est au tour d’Intel d’annoncer une purge sociale d’envergure en France et dans le monde. Ce mouvement s’inscrit dans le cadre du plan d’économie de 1,4 milliard de dollars annoncé en avril 2016 par le CEO et qui vise la suppression de 12 000 postes. En France, 5 sites de R&D devraient être fermés, à Aix-en-Provence, Sophia Antipolis (qui abrite 500 postes), Montpellier, Toulouse et Rennes.

La litanie des suppressions de postes dans les télécoms et les technologies de l’information se poursuit, et fait froid dans le dos : comment concevoir qu’un secteur d’activité présenté comme le pilier d’une nouvelle ère industrielle soit aussi destructeur d’emplois, y compris chez les acteurs positionnés sur des segments à haute valeur ajoutée, dans des domaines justement définis comme particulièrement porteurs de business dans les prochaines années ?

intel

Source : Intel compte fermer 5 centres de R&D en France et supprimer 750 emplois

Facebook et Microsoft cofinancent la construction d’un câble transatlantique

Facebook et Microsoft font alliance pour la construction, entre les Etats-Unis et l’Europe du Sud, d’un câble sous-marin de 6 600 km affichant une capacité initiale de transfert de données de 160 Terabits par seconde. Sa construction commencera en août 2016 et devrait être achevée en octobre 2017.

Après ceux mis en œuvre par Google l’an dernier, ce chantier confirme la volonté des géants du Web de grignoter une partie toujours un peu plus importante des activités jusque-là réservées aux opérateurs de télécommunication.

marea

Source : Facebook et Microsoft tirent un câble Internet sous l’Atlantique

Très Haut Débit : les Réseaux d’Initiative Publique créent des emplois

Pour une fois une bonne nouvelle sur le plan de l’emploi dans la filière télécoms !

Elle nous vient de l’Observatoire des Réseaux d’Initiative Publique (RIP), réalisé par l’Idate pour le compte de la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique et de la Caisse des Dépôts. Cette étude nous montre que les RIP, qui se chargent de couvrir en réseaux Très Haut Débit les zones les moins denses du territoire en déléguant la construction et l’exploitation à des opérateurs privés, ont mobilisé environ 6 000 emplois directs équivalents temps plein (ETP) en 2015. En croissance de 17% par rapport à 2014, ces effectifs devraient doubler d’ici à fin 2017, pour atteindre 12 000 emplois ETP.

ripSource : Très haut débit : les réseaux d’initiative publique au service des emplois

Nokia présente la facture sociale du rachat d’Alcatel-Lucent

Quelques mois après le rachat effectif d’Alcatel-Lucent par le géant finlandais des télécoms, Nokia vient d’annoncer la suppression, d’ici à fin 2018, de plusieurs milliers d’emplois dans le groupe au niveau mondial, « dans le cadre de son plan de transformation et de synergies ».

nokia

Les salariés d’Alcatel-Lucent s’apprêtent donc à vivre leur 8ème plan social (!) depuis la fusion des deux entités il y a 10 ans. La France devrait être relativement épargnée, par rapport à l’Allemagne ou à la Finlande, mais plus de 400 postes devraient disparaître, principalement dans les fonctions de support. Par ailleurs, avec la fermeture annoncée des deux sièges sociaux de la région parisienne, provoquant le regroupement de leur personnel sur un troisième site, les salariés les plus éloignés risquent d’être forcés au départ…
Pour contrebalancer ces suppressions de postes et tenir son engagement de maintien de l’emploi à 4 200 salariés en France pendant au moins deux ans, Nokia devrait créer plus de 300 nouveaux postes d’ici à fin 2017, principalement en R&D.

Source : Boum ! Nouveau plan social chez l’ex-Alcatel-Lucent devenu Nokia

STMicroelectronics va supprimer 430 postes en France

Dans un récent article, nous évoquions l’évolution très négative des chiffres de l’emploi dans l’ensemble de la filière télécoms durant les dernières années. La nouvelle orientation prise par STMicroelectronics ne va pas contribuer à arranger les choses…

stmicroelectronics

Son PDG, Carlo Bozotti, vient d’annoncer l’arrêt progressif de l’activité de l’entreprise dans les processeurs pour décodeurs et box Internet, justifiant la suppression de 1400 postes dans le monde, dont 430 en France ! Dénonçant l’absence d’une stratégie globale, les syndicats de STMicroelectronics contestent le bien-fondé de cette décision. Ils ne manqueront pas de réclamer des comptes à l’Etat actionnaire, à hauteur de 13,5% du capital, lors d’une entrevue à Bercy, prévue pour le 14 février.

Rappelons au passage que Didier Lombard, l’ex-PDG de France Télécom, toujours mis en examen dans le cadre de la procédure en cours suite à la vague de suicides intervenue dans le Groupe durant son mandat, est toujours président du Conseil de surveillance de STMicroelectronics.

Amnesty International interpelle l’industrie électronique à propos du travail des enfants

cobalt_amnesty

Apple, Samsung ou encore Sony n’effectuent pas « les contrôles élémentaires afin de vérifier que la fabrication de leurs produits n’intègrent pas de cobalt extrait dans les mines par des enfants », en particulier en République démocratique du Congo, alerte Amnesty International dans un rapport publié hier. Rappelons que le cobalt peut devenir très nocif lors d’une exposition chronique, et provoquer notamment des maladies respiratoires.

L’ONG appelle « les sociétés multinationales qui utilisent des batteries lithium-ion dans leurs produits à procéder à des contrôles en matière de Droits de l’Homme ».

Source : Travail des enfants : de grandes marques électroniques ferment les yeux (Amnesty) – France Info

Fusion de Nokia et Alcatel-Lucent

Le géant finlandais s’apprête à racheter l’équipementier franco-américain. D’après un communiqué commun des deux sociétés, les actionnaires de Nokia détiendront 66,5 % du groupe et ceux d’Alcatel-Lucent 33,5 %. L’accord avec Nokia pour une offre publique d’échange valorise Alcatel-Lucent à 15,6 milliards d’euros. Les deux conseils d’administration ont approuvé les termes de l’opération qui devrait être finalisée au premier semestre 2016.

Après avoir abandonné la fabrication des terminaux, les deux anciens leaders européens fusionnent pour faire face aux concurrents chinois (Huawei et ZTE) qui s’implantent de plus en plus dans les réseaux des opérateurs télécoms européens.

Il n’y aurait pas de réductions d’emplois à la clef. Souhaitons-le : les « purges » ont déjà été sévères, tant chez Nokia que chez Alcatel ces dernières années.

Souhaitons aussi que la mise en œuvre de la fusion fonctionne mieux que le rapprochement entre Alcatel et Lucent : nous avons besoin de conserver en Europe des fabricants d’équipements de réseaux pour préserver la souveraineté numérique de notre continent, et nous garantir que toutes les données qui transitent dans nos réseaux de télécommunications ne servent pas à constituer de gigantesques outils de surveillance en dehors de notre continent…

Cash Investigation : « Les secrets inavouables de nos téléphones portables »

Cash investigation

Savez-vous qu’il est possible qu’un enfant chinois de 13 ans, travaillant 16 heures par jour soit « caché » derrière votre smartphone ? Et que votre téléphone portable est fabriqué avec plusieurs minerais qui proviennent du nord-est de la République démocratique du Congo, en prise à des massacres depuis 20 ans.

Une enquête édifiante, à (re)voir en replay sur le site de France 2

Pour s’interroger, s’indigner, différer peut-être l’achat d’un nouveau smartphone… et interroger nos directions d’entreprises  : voulons nous continuer à faire notre business avec la sueur des enfants et le sang des mineurs ?

Bien sûr, ça fâche et ça dérange. Mais n’est-il pas temps d’ouvrir les yeux, pour qu’enfin  ça puisse changer ? Car ne nous faisons pas d’illusion : aujourd’hui, ce sont les enfants chinois et les mineurs d’Afrique qui s’épuisent et meurent pour fabriquer nos smartphones. Mais ne nous faisons pas d’illusion : si nous ne faisons rien, demain,  nos propres enfants seront soumis aux mêmes conditions de travail.  A moins qu’ils n’aient plus de travail du tout… Est-ce ce que nous voulons ?

Et si, chez les opérateurs et les équipementiers européens, nous commencions à plancher sur le smartphone éthique et durable ?

Alcatel-Lucent allège son plan social en France

Finalement, le patron d’Alcatel-Lucent Michel Combes a mis de l’eau dans son vin. Les suppressions d’emplois programmées en France dans le cadre du plan de redressement Shift s’élèveront à 700, et non plus à 900. Cette décision a été prise alors que les syndicats se plaignaient de l’intransigeance de leur direction depuis l’annonce faite en octobre de 10.000 suppressions de postes dans le monde. Arnaud Montebourg leur a prêté main-forte en demandant publiquement une révision du volet français du plan .

Auparavant, le ministre avait appelé les opérateurs du pays au patriotisme économique.

[…]

En revanche, les fermetures et cessions de sites sont confirmées. Et le nombre de suppressions d’emplois programmées sur le site d’Orvault près de Nantes augmente.

Ce site de 483 salariés est politiquement sensible, car proche de Nantes, la ville du Premier Ministre. Il doit être cédé à horizon 2015. Les syndicats réclamaient son maintien dans le périmètre du groupe, puisque 250 spécialistes de la 4G travaillent dans son département R&D. La direction leur a coupé l’herbe sous le pied en annonçant mercredi que 170 ingénieurs 4G d’Orvault allaient être embauchés par la société de services informatiques Altran, qui pourra ainsi offrir de la R&D externalisée à Alcatel-Lucent et à d’autres, sur place. […] Les syndicats jugent cette externalisation d’autant plus surprenante que le très haut débit mobile est un pilier de la stratégie industrielle d’Alcatel-Lucent.

Lire l’article complet dans Les Échos

Voir aussi, dans Ouest France, une partie des propositions formulées par les organisations syndicales pour sauvegarder l’emploi.

Lannion (22). Une charge contre le plan d’Alcatel-Lucent

Les experts comptables du cabinet Syndex ont examiné les justifications économiques du plan. Leur rapport, très critique, est présenté ce matin à la direction.

Injuste, irrationnel, inadapté, tel est le diagnostic porté par les experts sur le projet de restructuration d’Alcatel Lucent.

A lire dans Ouest France

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...