Bientôt des salariés dans tous les conseils d’administration ?

Commentant la volonté d’Emmanuel Macron de « revisiter cette belle invention gaulliste de l’intéressement et de la participation », le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a estimé cela pourrait aboutir à une présence accrue des salariés dans les conseils d’administration des entreprises.

Si on veut réaffirmer la place des salariés dans l’entreprise, il faut changer la gouvernance.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est montré plus réservé sur cette idée.

Tout ce qui permettra de mieux associer les salariés aux résultats et à la définition de la stratégie de l’entreprise va dans le bon sens. (…) Est-ce que ça veut dire « pouvoir de décision » ou pas, il faut en discuter. Est-ce que ça doit amener à plus de place dans les conseils d’administration, ce n’est pas la seule solution.

Rappelons qu’actuellement, la présence d’un ou deux représentants des salariés est obligatoire dans les conseils d’administration ou de surveillance des entreprises qui ont leur siège social en France et qui y emploient au moins 1000 salariés.

Sources :
Intéressement, participation: l’exécutif veut aller plus loin et faire entrer les salariés dans les conseils d’administration
Des salariés dans les conseils d’administration? Le Maire se montre réservé

Capitalisme des plateformes : le grand bond en arrière

Nous avions laissé passer cet article et la vidéo associée qui mettent en lumière l’analyse très intéressante d’Aurélien Acquier, professeur à l’ESCP, à propos du système des plateformes de l’économie collaborative. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, les voilà.

Curieux monde que celui d’Uber, dans lequel les travailleurs sont des capitalistes, souvent sans pouvoir, exploités par des manageurs virtuels (les algorithmes) d’une entreprise souvent qualifiée de « sans actifs » !

Source : Retour vers le futur : quand le capitalisme de plate-forme nous renvoie au « domestic system » préindustriel

Vers un bonus-malus sur les cotisations patronales d’assurance-chômage ?

Le gouvernement plancherait actuellement sur l’instauration d’un taux de cotisation variable des entreprises à l’assurance chômage, indexé sur leur fréquence de recours aux contrats courts. Cette idée de « bonus-malus », promesse de campagne d’Emmanuel Macron, pourrait entrer dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage.

Source : L’idée d’un bonus-malus sur les cotisations patronales d’assurance-chômage resurgit

Le trouble des conseillers de Pôle Emploi face aux futures réformes du gouvernement

Alors que les syndicats sont reçus à Matignon ce mardi pour discuter de la réforme de l’assurance-chômage, allons observer sur le terrain le quotidien d’agents de Pôle Emploi, à Arpajon dans l’Essonne.

Source : A Arpajon, le trouble des conseillers de Pôle emploi face aux réformes du gouvernement

Les travailleurs Français, ces analphabètes de la data

En France, seuls 12% des travailleurs sont datalphabétisés (contre 17% pour la moyenne européenne), et comprennent précisément l’usage qu’ils font des données auxquelles ils ont accès. 51% reconnaissent d’ailleurs prendre leurs décisions « au feeling » plutôt qu’en fonction de renseignements riches et précis. Telle est l’une des conclusions de l’étude paneuropéenne menée par l’éditeur Qlik en partenariat avec Censuswide, qui montre également que les quelques 5000 personnes interrogées n’aspirent qu’à une chose : être formées pour pouvoir progresser.

Source : Les Français sont des analphabètes de la data

Lutte contre le chômage : mieux vaut miser sur les PME que sur les GAFA

Aussi impressionnantes soient-elles, les promesses de recrutements par centaines des grands groupes, à commencer par les GAFA, ne résorberont pas les problèmes du chômage de masse. Moteurs de la croissance et créatrices d’emplois durables à l’échelle mondiale, ce sont bien les PME qui feront la différence dans les prochaines années, comme nous le rappelle l’édition 2017 du rapport Emplois et questions sociales dans le monde de l’Organisation Internationale du Travail.

Source : Emploi : mieux vaut miser sur les PME que sur les GAFA dans la lutte contre le chômage

Réforme de l’assurance-chômage : des syndicats méfiants et inquiets

Emmanuel Macron a lancé hier la deuxième phase de son projet pour « rénover le modèle social », en commençant à recevoir à l’Elysée les partenaires sociaux. Avec ce nouveau chantier social, l’exécutif entend notamment ouvrir l’assurance-chômage aux démissionnaires et aux indépendants, rendre l’apprentissage plus attractif et simplifier la formation professionnelle.

Les premiers leaders syndicaux reçus n’ont pas leur inquiétude. Sur l’extension de l’assurance-chômage notamment, ils craignent que ces nouveaux droits n’entraînent une baisse d’ensemble des allocations. François Hommeril, Président de la CFE-CGC, craint notamment les « effets d’aubaine » liés à l’indemnisation des démissionnaires et le « surcoût assurantiel estimé au minimum à 8 milliards d’euros, certains disent jusqu’à 14 milliards ».

Source : Réformes de l’assurance-chômage : des syndicats méfiants et inquiets

Salarié et aidant, une double casquette mal prise en compte par l’entreprise

A l’occasion de la journée des aidants, vendredi dernier, Malakoff Médéric et la Fondation Médéric alzheimer ont dévoilé une étude intitulée « Agir pour les salariés-aidants ».

Les 2/3 des salariés aidants déclarent que leur situation a un impact sur leur vie professionnelle : changement des horaires de travail (33 %), réduction des heures de travail (29 %) ou travail à domicile (14 %).

Et selon les dirigeants, l’aide apportée par un salarié à un proche se traduit par de l’absentéisme (59 % des personnes interrogées) et une perte de productivité (41 %). Cependant, seuls 31 % des dirigeants interrogés sont en mesure d’estimer le nombre de salariés aidants présents dans leur entreprise, et ce sujet n’est aujourd’hui un thème de réflexion que pour 15 % d’entre eux.

Source : Salarié et aidant, une double casquette mal prise en compte par les entreprises

L’emploi : une affaire d’Etat ?

L’émoi suscité par la fusion d’Alstom et Siemens relance un vieux débat autour du rôle de l’Etat en matière de politique industrielle, et plus largement dans le domaine de l’emploi. L’Etat a-t-il vocation à diriger ou codiriger des entreprises ? Doit-il se contenter d’être le principal employeur du pays ? Et en période de crise, sa responsabilité l’oblige-t-elle à subventionner certains emplois, ce qui renvoie à la question des contrats aidés ?

Christian Saint-Etienne, professeur titulaire de la chaire d’économie industrielle au CNAM, Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, et Guillaume Goubert, directeur du journal La Croix, débattent de cette question.

Le Monde Festival : les débats consacrés au travail

Le Monde Festival s’est déroulé en fin de semaine dernière dans divers lieux de spectacle parisiens.

Voici les vidéos des deux débats consacrés au monde du travail (accédez à l’ensemble des débats ici).

L’entreprise peut-elle faire le bonheur ?

La pyramide hiérarchique est ébranlée. Les apôtres de l’«entreprise libérée » ou « entreprise responsabilisante » ont le vent en poupe. Mais la révolution managériale est-elle réellement arrivée ? Retrouvez des réponses dans ce débat avec Isaac Getz, théoricien de la notion d’entreprise libérée, Jean-Dominique Senard, président du groupe Michelin, Catherine Coupet, PDG du groupe Up (ex-Chèque Déjeuner), Michel Hervé, président du groupe Hervé, et Carole Couvert, présidente d’honneur de la CFE-CGC.

Faut-il rêver d’un monde sans travail ?

Rêver d’un monde sans travail pour signer la fin d’une aliénation ? Réduire le temps de travail pour en donner à tout le monde ? Réformer la formation pour ne laisser personne sur la route ? Des questions que se sont posées la sociologue Dominique Méda, le philosophe Pierre Musso, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Serge Papin, PDG du groupement Système U.

OVH compte recruter 13 000 personnes d’ici à 2025

La star française de l’hébergement web et du cloud OVH va accélérer ses recrutements, avec le projet d’embaucher 1000 personnes sur l’exercice en cours, puis 2000 à 2500 sur l’exercice suivant. Son ambition est de passer de 2000 employés pour un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires aujourd’hui à 15 000 employés et 5 milliards d’euros de CA en 2025.

Certes, tous les recrutements n’auront pas lieu en France, mais une telle nouvelle est suffisamment rare pour ne pas la négliger…

Source : OVH compte recruter 13000 personnes pour atteindre 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2025

Fusion CE-CHSCT-DP : quelles conséquences sur la santé au travail ?

Gregor Bouville, Maitre de conférence à l’Université Paris Dauphine, explique pourquoi la disparition programmée des CHSCT, dénoncée par la CFE-CGC au début de l’été, fait courir le risque d’une accélération de la dégradation de l’état de santé des salariés français dans les années à venir.

Source : Fusion CE-CHSCT-DP : quelles conséquences sur la santé au travail ?

Le CNNum rejette le Privacy Shield

Un peu plus d’un an après son adoption par la Commission européenne, le Privacy Shield, qui encadre le transfert des données personnelles des citoyens européens vers les Etats-Unis, reste très contesté. Cette fois, c’est le Conseil national du numérique qui réclame sa renégociation.

Source : Privacy Shield : vers une vraie protection des données personnelles européennes aux USA ?

Selon la CNUCED, les robots menacent désormais les emplois qualifiés dans les pays développés

Dans son dernier rapport, la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement plaide notamment en faveur de l’usage de « robots collaboratifs » dans l’industrie.

Source : Robots : les emplois qualifiés menacés dans les pays développés

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...