Vers un « service public de la donnée » ?

Il y a quelques jours, Syntec Numérique organisait une conférence sur le thème « Quelle politique de la donnée pour quelles politiques publiques ? ».

Quelle valorisation possible pour les données publiques ? Qui sont les acteurs de cette transformation ? Avec quelles conséquences pour la gouvernance publique, au niveau national et local ? Faut-il ouvrir toutes les données publiques pour en faire des biens publics ?

Autant de questions auxquelles ont tenté de répondre les différents invités, dont vous pouvez retrouver les interventions en vidéo sur le site dédié à l’évènement.

Cet article résume leurs prises de position.

Source : La donnée mange le monde et la France passe à table

La publicité menace la santé d’Internet

Dans son premier rapport sur la santé de l’Internet, Mozilla, éditeur du moteur de recherche Firefox, exprime ses inquiétudes quant à l’avenir d’Internet, dénonçant les dérives d’une économie basée sur la publicité et l’exploitation des données personnelles, ainsi que la domination de géants qui échappent à toute régulation.

Source : L’économie de la publicité est cassée et rend Internet malade

Facebook : Mark Zuckerberg a fait face aux sénateurs américains

Auditionné pendant plusieurs heures par le Sénat américain, Mark Zuckerberg s’est expliqué sur l’affaire Cambridge Analytica. Mitraillé de questions sur l’activité de Facebook, il a su se tirer de ce grand oral sans être trop déstabilisé… quitte à parfois botter en touche.

Sources :
Facebook : sous pression des sénateurs américains, Mark Zuckerberg fait face
Audition du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg : une discrète revanche de l’Europe
Facebook : les questions auxquelles n’a pas répondu Mark Zuckerberg

Les réseaux sociaux collectent et utilisent vos données ? C’est dans leur nature !

Dans cette tribune, Hubert Guillaud, le rédacteur en chef d’InternetActu, remet quelques points sur les I. Il rappelle notamment à ceux qui l’auraient oublié qu’il est dans la nature même du modèle économique des plateformes financées par la publicité de collecter les données de leurs utilisateurs pour en tirer de la valeur en améliorant leurs capacités de ciblage. Ainsi, les scandales, récemment dévoilés au grand jour, qui touchent Facebook ou YouTube, ne sont que les expressions naturelles d’un « modèle d’affaires dangereux et socialement corrosif », développé au prix d’une surveillance constante des utilisateurs.

Source : La mauvaise utilisation des données est une caractéristique pas un bug !

YouTube visé par une plainte pour ciblage publicitaire des enfants

23 organisations américaines de défense des droits numériques et de protection de l’enfance viennent de déposer une plainte auprès de la Federal Trade Commission, le régulateur du commerce aux Etats-Unis. Elles y accusent YouTube – et sa maison-mère Google – de collecter, à des fins publicitaires, des données personnelles concernant les jeunes utilisateurs de la plateforme vidéo, enfreignant ainsi le Children’s Online Privacy Protection Act, une loi fédérale qui encadre les sites à destination des moins de 13 ans.

Google amasse ses informations sans en informer au préalable les parents et Google les utilise pour cibler des publicités vers les enfants partout sur internet.

Source : Publicités : YouTube accusé d’avoir illégalement ciblé des enfants

RGPD : quelles obligations pour les employeurs ?

Le Règlement général sur la protection des données n’a pas seulement vocation à empêcher Facebook ou Google de faire n’importe quoi avec vos données. Il est également appelé à jouer un rôle important dans l’entreprise lambda, donnant de nouvelles obligations à l’employeur et de nouvelles responsabilités au service des ressources humaines.

Source : RGPD : quelles obligations pèsent sur les employeurs ?

L’Assurance retraite quitte Facebook pour protéger les données de ses assurés

Scandale Cambridge Analytica, suite et pas fin : « Compte tenu des interrogations sur la gestion des données par Facebook », et souhaitant assumer « sa responsabilité en matière de contrôle et de protection de la confidentialité des données » de ses assurés, l’Assurance retraite, qui gère la retraite du régime général de la Sécurité sociale, « désactive sa page Facebook, ouverte depuis 2011 ».

Source : L’Assurance retraite désactive sa page Facebook pour « protéger les données » des assurés

Sous pression, Facebook restreint ses activités de ciblage publicitaire

La firme de Menlo Park va mettre fin sous 6 mois à sa collaboration avec ses courtiers en données. Elle renonce ainsi à fournir aux annonceurs un service de ciblage publicitaire, issu d’un croisement avec ses propres données des quantités colossales d’informations sur les consommateurs agrégées par ces prestataires. Pour autant, cette décision ne met évidemment pas un terme au ciblage publicitaire opéré par le réseau social, qui peut toujours s’appuyer sur ses propres données.

Cette mesure prise en catimini suite au scandale Cambridge Analytica traduit la volonté de l’entreprise de Mark Zuckerberg de retrouver la confiance de ses utilisateurs, confiance que les dernières révélations sur la stratégie de croissance à tout prix de Facebook ne vont pas contribuer à restaurer.

Source :
Sous pression, Facebook tourne le dos aux agrégateurs de données
Facebook, le mémo interne qui crée le malaise

Réseaux sociaux : le début de la fin ?

Dans la foulée du scandale Cambridge Analytica, Facebook est confronté à une série d’appels au boycott qui ne devraient pas être sans effet sur sa base d’utilisateurs. De son côté, Twitter perd aussi des abonnés, dégoûtés par la violence des échanges qui y sont menés.

Ayant rompu une fois de trop le (très relatif) pacte de confiance qui les lie aux internautes, les réseaux sociaux sont-ils susceptibles de disparaître ? Et dans ce cas, qu’adviendra-t-il des milliards de données qui leur ont été confiées ? La juriste Nathalie Devillier, la chercheuse au CNRS Gloria Origgi, et le blogueur Nicolas Vanbremeersch débattent de ces questions.

Facebook : Après Cambridge Analytica, des annonces en trompe-l’œil

Suite au scandale Cambridge Analytica, le réseau social a annoncé des mesures pour faciliter l’accès de ses utilisateurs aux outils de contrôle de leurs paramètres de confidentialité. Mais rien de révolutionnaire à l’horizon et, surtout, rien qui soit de nature à empêcher de prochains dérapages…

Source : Facebook : Après Cambridge Analytica, les annonces en trompe-l’œil

La Quadrature du Net porte plainte contre les opérateurs mobiles auprès de la CNIL

Il y a 3 mois, des membres de la Quadrature du Net ont demandé à leur opérateur de téléphonie mobile français de pouvoir accéder aux données personnelles que ces derniers conservent sur eux. N’ayant toujours pas reçu de réponse satisfaisante, l’association de défense des droits et libertés numériques vient de saisir la CNIL en déposant des plaintes contre les quatre opérateurs.

Source : Surveillance généralisée des citoyens : La Quadrature du Net attaque les opérateurs mobiles

Collecte et conservation des données : Facebook (encore) sur la sellette

Ce mois de mars est décidément bien difficile pour la firme de Mark Zuckerberg ! Dans la foulée du scandale Cambridge Analytica, de plus en plus d’internautes s’intéressent aux informations que Facebook est susceptible de collecter et de conserver à leur sujet. Et le résultat est édifiant ! Au-delà de tous les contenus postés volontairement et des échanges avec leurs amis, ils y retrouvent les résultats de tous leurs clics en relation avec le réseau social, mais aussi, pour peu qu’ils aient accepté la synchronisation de leurs contacts, toutes les adresses e-mail, voire les numéros de téléphone de leurs correspondants, aspirés depuis leurs carnets d’adresses mail et mobiles…

Mais la cerise sur le gâteau est réservée aux possesseurs d’un téléphone sous Android, pour lesquels Facebook a accès… à tout l’historique de leurs appels et SMS !

Source : Historique d’appels, contacts, SMS… Ce que Facebook a pu enregistrer

Le scandale Cambridge Analytica aurait-il pu se produire en France ?

La loi française encadre de manière stricte la collecte et l’utilisation des données personnelles des internautes, d’autant plus dans le cadre d’opérations de communication politique. Dans ces conditions, la tâche d’une société comme Cambridge Analytica aurait été considérablement compliquée.

Ceci dit, il semble qu’il soit toujours possible de composer avec les lois, comme nous le rappelle l’affaire de l’application Knockin utilisée lors la campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite en 2016…

Source : Le scandale Cambridge Analytica aurait-il pu se produire en France ?

L’affaire Cambridge Analytica plonge Facebook dans une crise historique

A son corps défendant, Facebook a animé le feuilleton à scandale de la semaine, dont voici un court résumé, par articles interposés : le réseau social a en effet été indirectement mis en cause par deux enquêtes, parues en fin de semaine dernière dans le Guardian et le New York Times. Ces dernières accusent Cambridge Analytica, société spécialisée dans le data mining, d’avoir exploité les données Facebook de 50 millions d’utilisateurs américains et britanniques, dans le cadre de la campagne de Donald Trump aux Etats-Unis et de celle en faveur du Brexit au Royaume-Uni.

Si la contribution réelle de Cambridge Analytica à la victoire de Trump semble assez relative, Facebook traverse, depuis ces révélations, la pire crise de son histoire : confronté à la chute de son action en Bourse et à des appels au boycott et autres menaces de class actions, la firme de Menlo Park devrait bientôt sacrifier son chef de la sécurité. Muet pendant plusieurs jours, Mark Zuckerberg, son P-DG est finalement sorti de son silence pour se dire « vraiment désolé », reconnaître des « erreurs » et promettre des améliorations, sans toutefois remettre en cause son modèle économique. Pas sûr que cela suffise à lui permettre de regagner la confiance (?) de ses utilisateurs…

Mounir Mahjoubi « contre toute propriété et vente des données personnelles »

A priori, l’idée portée par le groupe de réflexion Génération Libre ne trouvera pas d’écho auprès du gouvernement…

Source : Mounir Mahjoubi : « Je suis contre toute propriété et vente des données personnelles »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...