Les États-Unis enterrent leur dispositif de riposte graduée au téléchargement illégal

Selon l’autorité en charge du Copyright Alert System, ce dernier « est parvenu à éduquer les gens autour de la disponibilité de contenus légaux », mais ce dispositif, mis en place en 2013, est bien abandonné en raison de son inefficacité. Et pendant ce temps, la Hadopi est toujours là…

Source : Les États-Unis enterrent leur riposte graduée inspirée de l’Hadopi française

Pour l’Arcep, la convergence télécoms-médias menace le développement des réseaux

Dans une interview au Financial Times, Sébastien Soriano s’inquiète que l’intérêt de SFR et Orange pour les médias ne freine leurs investissements dans la 4G et la fibre.

Après sa prise de position de début janvier qui avait déclenché un affrontement avec Orange (et une réaction de notre syndicat), voilà encore une nouvelle communication malheureuse du président de l’Arcep, qui intervient alors même que les opérateurs multiplient les signes attestant de leur engagement sur le développement des réseaux, à l’instar d’Orange tout récemment.

Source : Pour l’Arcep, la convergence entre les télécoms et les médias menace les réseaux

Le Sénat étudie la nomination d’un « défenseur des droits » pour juger de la légalité des contenus Web

Afin d’instruire plus rapidement les demandes de blocage, déréférencement ou suppression de contenus postés sur le Web, deux Sénateurs proposent la nomination d’un « ombudsman compétent pour qualifier le contenu sur l’internet de licite ou illicite ». Principal hic de cette procédure, ce défenseur des droits, issu de la CNIL, serait seul juge de la légalité ou non d’un contenu, ce qui pose tout de même des questions relatives au possible exercice d’une censure.

Source : Le Sénat étudie un « défenseur des droits » pour juger la légalité des contenus web

Le très fort coup de pression de SFR sur Canal+

L’opérateur au carré rouge multiplie les emplettes dans les médias et les contenus. Ainsi, cette semaine, il a soufflé à Canal+ l’exclusivité des chaînes Discovery et NBCUniversal. Du cinéma en passant par le sport et le divertissement, SFR a considérablement étoffé son offre ces derniers mois, poursuivant dans sa stratégie de convergence et se positionnant comme un concurrent de plus en plus sérieux face à la chaîne de Vincent Bolloré. L’opérateur vient d’ailleurs d’annoncer le lancement prochain d’une offre de télévision par satellite, vouée à concurrencer frontalement Canalsat.

sfr_medias

Source : Le très fort coup de pression de SFR sur Canal+

Des députés proposent l’instauration d’une « taxe Youtube »

Mercredi, la Commission des finances de l’Assemblée nationale a voté un amendement à la nouvelle loi de finances, visant à taxer à 2% les revenus publicitaires des plateformes de vidéo en ligne. Mais, avant même son examen en séance plénière, le détricotage de cet amendement a déjà commencé (l’affectation, initialement prévue, du produit de la taxe au financement de la création via le Centre national du cinéma a été déclarée constitutionnellement irrecevable). Cette « taxe Youtube » n’est-elle pas vouée à rejoindre la « taxe Google » sur l’étagère des lois inapplicables ?

taxe_youtube

Sources :
Taxe Youtube : une commission vote la taxation des recettes des plateformes vidéo
Taxe YouTube : encore une mesure qui ne verra jamais le jour

Tous les GAFA s’intéressent aux médias, pour des raisons différentes

Dans cette passionnante interview, Laurent Colombani, expert médias de Bain & Company, décrypte la stratégie des GAFA en matière de médias, montrant notamment comment les motivations des uns diffèrent de celles des autres.

medias

Source : « Tous les Gafa s’intéressent aux médias mais pour des raisons différentes », juge Laurent Colombani de Bain

Quand le numérique vient transformer le cinéma

Après la musique, le cinéma sera-t-il la prochaine industrie culturelle réinventée par le numérique, pour le meilleur et pour le pire ? Alors que vient de s’ouvrir le 69ème Festival de Cannes, L’Usine Digitale est allée à la rencontre de celles et ceux qui font le cinéma d’aujourd’hui et préparent celui de demain, et propose un dossier complet sur ce sujet. Moteurs… Action !

cinema_numérique

Source : Cannes 2016 : Le numérique perturbe le cinéma… et les acteurs en parlent

Yves Riesel, Qobuz : « Il faut sortir du système soviétique de Deezer et Spotify »

Le destin du service français d’écoute de musique en ligne Qobuz, en redressement judiciaire, repose dans les mains du tribunal de commerce de Paris. Yves Riesel, son cofondateur et président du directoire, explique sans détour à « La Tribune » les difficultés Qobuz et sa vision du marché du streaming musical.

Source : Yves Riesel, Qobuz : « Il faut sortir du système soviétique de Deezer et Spotify »

Une réflexion intéressante sur les modèles économiques de la musique numérique…

Crise de la presse : non, ce n’est pas le numérique le coupable

15 minutes pour comprendre la crise actuelle de la presse, trop souvent attribuée à l’arrivée du digital : en réalité, c’est bien la mise en place d’un business model permettant de produire de l’information au niveau qualitatif attendu par les différents publics qui est en cause…

Crise de la presse : non, ce n'est pas le numérique le coupable from Xerfi Canal TV on Vimeo.

Delphine Ernotte-Cunci, directrice exécutive d’Orange France, invitée des Echos

Delphine Ernotte-Cunci, directrice exécutive d’Orange France, revient sur la décision du groupe de distribuer Netflix sur sa box et explique les besoins en fréquences alors que les données sont multipliées par 2 tous les 18 mois sur le réseau Orange.

En fin d’intervention, la vision de Delphine Ernotte-Cunci sur la féminisation d’Orange.

Christine Albanel et le « droit de lecture »

Madame Albanel, recrutée par Didier Lombard à France Télécom-Orange en tant que Directrice de la Communication quelques mois après son départ du Ministère de la Culture,  a encore frappé !

Elle était aux côtés de Beatriz Preciado, auteur de  « Pornotopie, ou Play boy et l’invention de la sexualité multimédia », l’invitée de l’émission Soft Power du dimanche 9 octobre sur France Culture.

Madame Albanel s’est égarée dans les limbes des nouvelles technologies avec le concept effroyable du  « droit de lecture ».

En déclarant : « France Télécom Orange étant un tiers de confiance, étant celui qui va gérer votre droit de lecture, vous retrouvez beaucoup de vocations de France Télécom Orange : la capacité d’innovation, la sécurité, la pérennité,… et là je trouve que l’opérateur est complètement dans son rôle. »

L’ancienne ministre de la Culture devrait savoir qu’il n’existe pas de droit de lecture. C’est l’idée de la mise en place d’un « droit de lire » qui avait provoqué un tollé contre la protection légale des DRM et la loi DADVSI.

On ne peut pas interdire à quelqu’un d’emprunter un livre à un ami pour le lire, de l’ouvrir dans une bibliothèque ou même de le feuilleter chez un libraire.

La Loi interdit la reproduction d’un livre, sa récitation en public, son adaptation… mais en aucun cas sa lecture.

Mais elle a fait pire en affirmant :« Je rappelle qu’il y a des régulateurs – et Dieu sait qu’ils sont puissants -des régulateurs français et européens, qui quelquefois privilégient presque uniquement le consommateur au détriment de grands groupes, de grands champions français ou européens. Et ça, on peut quand même le regretter quelque peu ».

Madame Albanel devrait pourtant savoir que la raison d’être d’un régulateur est d’organiser un secteur d’activité en fonction non pas des intérêts des grands groupes ou du consommateur, mais de l’intérêt de la République – et de ses citoyens – pour garantir à tous et à chacun les mêmes droits.

Il est vrai que ces dernières années, l’ARCEP et la Commission de Bruxelles ont particulièrement failli à leurs missions…

Pour autant, rappelons qu’en tant que Ministre de la Culture, elle s’est opposée à un amendement déposé par les parlementaires visant à interdire aux opérateurs, et en particulier Orange à propos du foot, de diffuser des contenus exclusivement sur leur réseau.

La culture n’est pas un bien marchand comme les autres. Depuis qu’elle est chez France Télécom Orange, payée à près du triple de son salaire de Ministre, elle semble l’avoir définitivement oubliée…

Est qualifié par le Code Pénal de délit, de prise illégale d’intérêt et puni de 2 ans d’emprisonnement, le fait pour un fonctionnaire ou un agent de la fonction publique de ne pas attendre l’expiration d’un délai de trois ans avant de travailler dans une entreprise sur laquelle il a pu avoir une influence quelconque.

Mais cette disposition de la Loi ne s’applique pas aux ministres eux-mêmes…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...