Pour l’Arcep, les terminaux sont le « maillon faible » d’un Internet ouvert

Le régulateur français des télécoms vient de publier un rapport intitulé Les terminaux, maillon faible de l’ouverture d’Internet. Selon ce dernier, les terminaux (smartphones, tablettes, assistants vocaux, etc.), leurs systèmes d’exploitation et leurs magasins d’applications limitent de facto notre accès à Internet en nous enfermant dans des écosystèmes propriétaires, restrictifs et peu compatibles entre eux. Visant une nouvelle fois les géants de l’IT, en particulier Google, Apple et Microsoft, l’Arcep formule une série de préconisations « pour assurer un internet ouvert et le libre choix des utilisateurs ».

Au-delà de la pertinence de cette analyse, on peut toutefois s’interroger sur la légitimité d’une telle démarche pour l’organe de réglementation français. Nous savons que l’Autorité cherche à étendre son périmètre d’intervention, mais il ne faudrait pas que cela se fasse au détriment de ses missions premières…

Source : Pour l’Arcep, les smartphones sont le « maillon faible » d’un Internet ouvert

Numérique : pour une expérience utilisateur non addictive

En réponse aux articles dont nous nous sommes faits l’écho, qui stigmatisent le caractère addictif du smartphone et des réseaux sociaux, en voici un autre qui résume les travaux d’un spécialiste américain du design (dont la tribune est à lire en VO ici). En s’appuyant sur les enseignements de l’expérience utilisateur, il réfléchit aux moyens… d’éloigner les utilisateurs de leurs appareils numériques.

Source : Comment concevoir une expérience utilisateur qui ne soit pas addictive ?

Mon-eparti veut redonner une voix aux électeurs pour réduire l’abstention

Avec son appli, la jeune pousse Mon-eparti propose aux internautes de donner leur point de vue sur des sujets de société et d’actualité. De quoi, selon elle, les remotiver à se rendre aux urnes et proposer à tous, politiques compris, un état de l’opinion plus proche du réel que les sondages.

mon-eparti

Source : Mon-eparti veut redonner une voix aux électeurs pour réduire l’abstention

Grâce à Pokemon Go, Nintendo explose (virtuellement) en Bourse

Ou comment le spécialiste du jeu vidéo qui avait raté le train du mobile a vu le cours de son action multiplié par 2 (!) en un peu plus d’une semaine, suite au lancement et au succès phénoménal de Pokemon Go, jeu qu’il n’a même pas développé.

Le récent rebond de l’action Nintendo semble excessif s’il est fondé uniquement sur les espoirs de bénéfices tirés de Pokemon Go. Le jeu peut cependant avoir des implications pour les titres ultérieurs et pour l’industrie des jeux mobiles dans son ensemble.

pokemon_go

Source : Pokemon Go, la belle affaire de Nintendo
+ (bonus pour les plus 30 ans) : L’article à lire si vous n’avez rien compris à « Pokémon Go »

Le pire de la high tech: arme smartphone, matelas anti-infidélité, business de la délation…

Quand des entrepreneurs cyniques mettent les nouvelles technologies au service des plus bas instincts de l’être humain, cela donne une série de produits et d’applications au mieux moralement discutables, au pire carrément effrayants. Revue de détail.

Source : Le pire de la high tech: arme smartphone, matelas anti-infidélité, business de la délation…

Si l’article avait été publié le 1er avril, cela aurait pu ressembler à une grosse farce… Il n’en est rien. Et si certaines applications peuvent prêter à sourire pour un adulte sain d’esprit, leurs effets sont réellement dévastateurs sur les enfants et les adolescents. Parents, protégez donc votre progéniture avant que leur monde ne bascule dans le cauchemar permanent !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...